Connexion

SEARCH

OS DIVIN CADEAU DE NOEL

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 
http://lovelybibi.fr/images/FICS/LOV_OS%20INTRO.jpg

Tom Kaulitz. Est mégalomane. Il a cette tour à son nom en plein centre ville. Il voyage toujours en jet privé. Porte toujours des vêtements sur mesure créés uniquement et juste pour lui: un exemplaire. Comme lui, il ne désirait que des choses belles, uniques et inimitables. Il savait les reconnaitre et en prendre soin. Il ne supportait pas qu'on les abîme.
On ne savait même pas à combien s'élevait sa fortune. Non, il n'était pas né avec une cuillère en argent dans la bouche mais...
Mais vendait ce dont les gens avaient besoin. Ce dont lui seul pouvait leur procurer. On pouvait lui commander n'importe quoi. Et on le payait une fortune pour ça.
C'était dangereux. Illégal. Immoral. Mais il s'en foutait. Parce que tout le monde avait besoin de lui: du petit malfrat aux Présidents eux même. Il traitait n'importe quoi avec n'importe qui.
Etait intouchable parce qu'il faisait en quelque sorte tourner le monde. Du moins ceux qui le dirigeaient.
 
Bill Trumper a quitté son petit village. Il travaille de 6 heures du matin à minuit. Le matin dans une sandwicherie jusqu'à 9 heures. Ensuite il file à sa fac. Puis à 20 heures passe de table en table pour servir des clients toujours plus exigeants. Le restaurant était très in. Et des tas de célébrités en tout genre s'y régalaient.
Parfois il avait de gros pourboires.
Il travaille dur parce que ses études comptent plus que n'importe quoi. Des études d'art. Il a passé le concours de cette école super réputée qui coûte une petite fortune : ça lui permettrait de se faire des contacts, d'un jour peut-être voir ses toiles dans les plus grands musées du monde. D'être publié dans des revues artistiques tirées à des millions d'exemplaire.
 
Mais pour l'instant. Il rentre dans son petit studio qu'il loue trop cher dans un quartier populaire en claquant des dents. Ils ont annoncés -2. Il n'a pas les moyens de s'offrir un manteau plus chaud. Il économise pour se payer le matériel nécessaire à ses études.
 
...
 
Et pour lui ce réveillon signifiait juste que demain il était en congé et qu'il pourrait rester au chaud sous sa couette toute la journée. Et prendre soin de Switffy. Son chat. Le seul être sur cette terre à se soucier un peu de lui.
 
Il tourne dans la petite rue qui mène à son appart, il n'ose même pas appeler ça son chez lui. Parce qu'il ne s'y sent pas vraiment bien. Il ne se sent bien nulle part depuis la mort de sa mère.
Il marche vite.
Entend des pneus crisser. Une grosse berline gris métallisée lui fonce directement dessus. Et freine à quelques centimètres de lui.
Effrayé, il recule contre le mur et écarquille les yeux. Et se protège le visage avec ses bras.
 
- AHHHHHHHHH!!!
 
Des hommes en noir sortent et l'attrapent brusquement.
Il hurle et se débat
 
- Au secours! A l'aide!
 
Il essaie de les frapper. De les mordre. De les griffer. Mais...
Leurs grosses mains sur ses épaules, sur ses bras et même sur ses jambes le poussent à l'intérieur sans ménagement; ils sont trop forts et trop nombreux. Bill terrifié. N'arrête pas d'hurler et de s'agiter. Des larmes roulent sur ses joues, il frappe contre la vitre fumée et blindée. Et crie tout ce qu'il peut à s'en casser la voix.
Il tente d'ouvrir une portière mais tout est verrouillé. On le maintient et lui colle un tissu imbibé sur sa bouche et ses narines qui lui fait perdre immédiatement conscience. Un des hommes s'essuie le front et les autres éclatent de rires. Cette petite aventure les a bien excitée.
 
- Le patron va bien s'amuser avec ça!
 
...
 
Un homme super bien habillé aux cheveux longs et lisses paré d'un regard pétillant et moqueur se précipite dans la pièce principale de son superbe appart en haut de cette même tour. A l'étage juste en dessous de celui du patron. Il est super excité et ricane doucement.
Jamais Tom ne pourra lui offrir quelque chose de plus beau.
Cette année il ne pourra QUE perdre à ce petit jeu.
Oui chaque année c'est à qui offrirait le plus beau cadeau à l'autre. Le jeune homme se penche au dessus de l'androgyne endormi et pousse les mèches qui cachent son visage.
 
- Il est vraiment magnifique. Il pourrait presque me rendre gay! Avoue le patron.
 
Puis il se redresse vers ses hommes avec ce regard plus dur que l'acier qu'il arborrait pour décider, faire face et surtout, surtout être craint. Il était en quelque sorte l'associé de Tom mais plus encore: son ami, presque un frère. Depuis toujours ils sont là l'un pour l'autre.
 
- Personne ne vous a vu
- Non Monsieur
- Bien. Disposez
 
...
 
Le jeune androgyne se réveille doucement dans une grande pièce très luxueuse. Il est encore un peu vaseux et la première chose qu'il comprend est qu'il est attaché. Et la deuxième: qu'il est entièrement nu.
Il allait se mettre à hurler quand il prend conscience qu'on l'a bâillonné. Il ne lui reste plus que les larmes et la peur. Au moins il n'était pas dans une sinistre petite pièce obscure et sale. Il essaie de positiver malgré tout et réunit ses souvenirs un peu embrouillés.
Ces hommes. Son enlèvement.
 
- Oui Monsieur, il vient de se réveiller
...
- Bien
 
Il n'est pas seul? Il tourne la tête et reconnait un des hommes qui l'a kidnappé et se tend. Tout son corps se met à trembler.
Et l'air commence à lui manquer. Il panique. Depuis tout petit, ses crises sont horribles et douloureuses. Bientôt, sa gorge allait le brûler et...
Le mec se précipite et comprend que quelque chose cloche.
 
- Patron, il va pas bien là!
 
On entre. On court vers lui.
 
- Merde! Doc! DOOOOOOOOCCCCCC ! Vocifère Georg.
 
Un homme bien plus âgé déboule ici. Personne ne l'avait vu nu avant. Et ça ne présageait rien de bon. Il commence à pleurer plus fort. Son corps tremble de partout et des spasmes de plus en plus violents soulèvent son petit corps affaibli. Il sent une aiguille dans son bras et plus rien.
 
...
 
- C'était quoi ça ! Hurle Georg
- Apparemment une très grosse crise de panique. Il faut le garder sous calmants et le rassurer. Lui répond calmement son médecin attitré.
 
Georg attrape le doc par le col de sa chemise et le soulève d'une seule main.
 
- Tu crois vraiment que j'ai le temps de jouer à la nounou là?
- Non mais moi je pourrais. Lui propose Doc un sourire crispé accroché aux lèvres
 
Georg relâche sa prise et semble hésiter avant d'hocher la tête. Il désigne son homme de main.
 
- Tu les surveilles. Qu'il le touche pas sauf pour le soigner.
 
...
 
- Bill, c'est ça? Je vais enlever le bâillon mais surtout ne crie pas sinon je serais obligé de le remettre. Tu comprends? lui explique le Doc avec sa voix la plus douce.
 
Bien sûr que oui! L'androgyne hoche la tête, il a toujours été d'une nature docile et puis son instinct lui soufflait de surtout ne pas se fâcher avec ces gens là. Une main délicate détache le morceau de tissu et Bill respire beaucoup mieux. Oui, ça lui fait du bien.
 
- Merci.. est ce que je pourrais avoir un verre d'eau?
 
Sa gorge est toute sèche et ça commence à lui faire mal. Il entend un liquide couler et voit un verre s'approcher de son visage. Il l'avale entièrement.
Cet homme a l'air gentil. Mais l'était-il vraiment? Il en doute et ne fait plus confiance à personne. Depuis longtemps.
 
- Où est ce que je suis? lui demande Bill d'une voix triste.
 
Il ne se fait pas d'illusions à propos de la raison de sa présence ici. Il imagine déjà un vieux pervers en manque de domination saccagé son corps et son âme. Ça lui fend le cœur et lui donne la nausée. Il aimerait sombrer et ne plus jamais revenir à la vie. Mais ça non plus il ne le décidait pas.
Tout était hors de son contrôle. Son corps, sa vie. Tout lui échappait.
Le doc a reçu certaines instructions et ce genre de questions il ne peut pas y répondre.
 
- Ecoute, tu es... c'est juste pour quelques jours après tu retrouveras ta liberté. Tu... Tenta-t-il de le rassurer.
 
Il hésite. Si le jeune homme refait une crise, il serait obligé de lui administrer des calmants plus puissants ce qui contrarierait Georg et il déteste contrarier son patron qui a exigé que son prisonnier soit totalement conscient pour les douze coups de minuit. Oui, il serait minuit dans quelques heures.
A côté les premiers invités tout sourire. Les premières embrassades. L'orchestre commence à jouer de belles musiques douces. Et Bill adore ça. Il ferme les yeux et se concentre dessus. Il y a quelque chose de bon dans cet enfer.
 
- C'est beau. Souffle-t-il d'un air un peu rêveur.
- C'est un orchestre pour le réveillon. Plus bas. Bill je suis désolé. Vraiment. Essaie de dormir un peu. Lui conseille le Doc.
 
Comment pourrait-il trouver le sommeil? Il ignore où il se trouve et encore moins dans quel état il en sortirait.
Il est tellement terrifié. Il se remet à pleurer doucement.
 
- S'il vous plait, qu'est ce qu'on va me faire? Supplie Bill
- Je n'en sais rien. Désolé petit.
 
Le Doc quitte la pièce tranquillement en pensant que ce Kaulitz était un petit veinard.
 
...
 
Andréas, le frère de Georg. Gustav un cousin et sa femme Linda. David Kaulitz le papa et Judith la maman. Et Tom.
Comité très privé pour ce genre de fêtes.
 
Les plus grands traiteurs avaient confectionné :
Terrine de foie gras aux figues et sa briochette Saumon farcie et sa salade irlandaise  Civet de chevreuil aux airelles  Sauté de sanglier aux cèpesBriochette d'escargotCrevette en chemise de pomme de terreDuo de palets gourmandsComposent le menu de ce réveillon. Les assiettes en porcelaine se vident et se remplissent, les verres en cristal s'entrechoquent. Les rires, les étreintes et les bons souvenirs fusent et illuminent les visages.
 
Et minuit sonne.
 
Tout le monde se frotte les mains. Qui se lèvera le premier pour se jeter au pied du sapin où des boîtes plus ou moins grosses attendent qu'on les ouvre? Attendent qu'on déchiquette leurs papiers lumineux couverts de sapins, d'étoiles dorées et de boules rouges ?
Linda craque la première. Elle sait que cette paire de chaussure introuvable est quelque part dans cette montagne de paquets. Elle a choisi cette robe avec minutie juste pour le plaisir de les enfiler. Et de ne plus les quitter.
 
...
 
Comme chaque année Georg et Tom se défient du regard. Comme chaque année Tom affiche ce sourire de vainqueur super énervant. Comme chaque année ils gardent le meilleur pour la fin.
 
- A toi l'honneur mon ami. Cette fois je suis certain que tu t'inclineras. Défie Georg en croisant les bras.
- C'est cela très cher. Lui rétorque son ami avec un soupçon d'ironie.
 
Tom se dirige vers ce truc immense posté à côté du sapin. Et fait signe à son ami de venir tiré le tissu. Georg secoue la tête. C'est n'importe quoi. Plus c'est gros et imposant et plus ça plait à son mégalo d'associé.
Il a la folie des grandeurs.
Georg tire de toutes ses forces et le tissu entame sa chute et glisse le long de l'objet et retombe avec grâce à ses pieds dévoilant une statue de lui. Une immense statue à son effigie se tenait bien droite et toute fière juste devant lui. Et, les détails, le moindre petit détail de sa personne était incrusté. Dans de l'or.
 
- Putain! Wouah... s'exclame Andy
 
Des diamants font briller ses yeux. Tous sont juste estomaqués. Tom bombe le torse avec toujours ce même sourire.
Georg est complètement stupéfait. Ceux qui avaient sculptés ça, l'avaient fait avec tellement de précision, de minutie, de perfection. C'était saisissant. Presque effrayant. Il a même l'impression que ce truc le regarde vraiment et frisonne légèrement avant de revenir à la raison. Des applaudissements résonnent et lui refont complètement touché terre.
 
- J'ai hâte de découvrir ce que tu as de mieux!
 
Georg se pince la lèvre. Oui. Bill était mieux que ce truc qui lui foutait les jetons. Quand assez d'années seront passées il le fera fondre pour avoir de beaux lingots.
 
- C'est un cadeau très très spécial que j'ai pour toi. C'est assez fragile alors vas y doucement.
 
Son ami lui intime de le suivre. Les autres morts de curiosité trépignent et se demandent si oui ou non ils peuvent eux aussi les accompagner... malgré qu'on ne les ai pas invité.
 
- Fiston? quémande David plein d'espoir.
- Cette fois c'est juste pour lui. lui lance Georg sans plus de cérémonie.
 
Ils referment les portes derrière eux et s'avancent dans le grand couloir aux murs couverts de tableaux hors de prix. Le Doc hoche la tête et les salue. Le garde affiche un drôle de sourire.
 
- Joyeux Noël Mr Kaulitz.
 
- Pourquoi tu fais autant de mystère? Interroge-t-il sceptique.
- Shttt... ouvre et profite.
 
Le natté n'est pas d'une nature patiente et entre dans la pièce. Et ses yeux se posent sur l'androgyne.
Bill allongé nu avec juste un immense ruban rouge sur le corps. Bill avec un Joyeux Noël tartiné avec du caviar sur le torse et menotté aux barreaux du lit le scrutant de son regard de bête effrayée.
Bill si sensuel, si offert et vulnérable.
 
Bill.
 
Tom est complètement bloqué. Subjugué. Captivé. Faciné. Ses yeux ne s'étaient jamais posés sur pareille beauté.
 
 - Je t'attends pas. lui souffle Georg.
 
Tom a juste le temps de se retourner pour apercevoir le clin d'œil de son ami. Et ouais! Cette année il avait bel et bien gagné. Cette créature valait tout les diamants du monde. Et même plus encore.
 
Il s'approche doucement du lit et la frôle du bout des doigts. Sa peau est si douce, si parfaite.
 
- Comment tu t'appelles? Demande doucement Tom.
 
Bill complètement apeuré et toujours sous le choc ne comprend pas ce qui se passe, ni qui est cet homme. Il veut juste retourner dans son petit studio. Il pense à Swittfy. Il doit avoir tellement faim.
 
La main de Tom se pose sur sa joue et la caresse avec tellement de douceur. Ça aurait pu faire fondre n'importe qui. Mais pas Bill.
 
- Tu n'es pas très bavard.
 
L'androgyne a peur de l'avoir contrarié. Il ne sait pas quoi faire pour éviter le pire. Il ferme les yeux très fort et fait tout pour se calmer. Son nom. Cet homme veut savoir son nom.
 
- Bill. Souffle-t-il d'une voix à peine audible.
- Mum.......Bill... répète Tom assez satisfait.
 
Il enlève ses chaussures italiennes et laisse tomber sa chemise. La victime, elle, comprend trop bien ce qui va se passer mais il n'est pas prêt. Pas comme ça. Pas avec cet homme.
 
- S'il vous plait.. pitié, me faites pas de mal. S'il vous plait, je.. j'ai jamais..
- Me dites pas qu'en plus il est vierge! Lance Tom en se retournant avec un immense sourire.
 
Et là tout s'effondre. Cet homme allait le violer. Et il ne peut strictement rien faire pour empêcher ça. Il commence à tirer sur ses poignets de plus en plus fort. En hurlant.
 
- NON! NON! NON!
 
Tom ne s'attendait pas à ça. Oui jamais on ne lui disait non avec autant de conviction. Et son joli et merveilleux cadeau bougeait comme un beau diable dans tout les sens, il allait vraiment finir par se faire mal.
 
 - STOP! Hurle Tom avec autorité.
 
Bill cesse tout mouvement. Il est vraiment pitoyable là. La moitié du caviar avait foutu le camp. Ses yeux sont tout rouges et boursoufflés. Ses cheveux en pagaille. Et sa petite voix toute chevrotante qui répète des pitié.
Son possesseur ne veut pas lui faire de mal. Fragile. Oui cette créature lui paraissait tellement fragile.
 
- Va me chercher mon manteau et dit à Georg de ramener son cul. Ordonne Tom au garde posté devant la porte.
 
Il la claque brutalement. Bill lui n'ose même plus respirer.
 
- Je te ramène chez moi. Tu as deux solutions: soit tu restes tranquille et je serais gentil. Sois tu me refais ça et oui Bill, je te ferais mal.
 
Il ne sait pas où est vraiment la différence. Il se contente de hocher la tête pour lui montrer qu'il a compris.
 
- Un problème? Demande son ami inquiet.
- Il est super nerveux alors je vais le ramener et tenter de l'apprivoiser un peu.
- Le grand Tom Kaulitz n'a pas su y faire avec cette petite chose toute innocente?
 
Oui Georg se foutait royalement de sa gueule.
 
- Très drôle.
 
Le garde lui tend sa veste et les clés.
 
Tom s'avance et le délivre. Il le couvre avec sa veste sur les épaules. Bill se dépêche de la fermer entièrement en baissant la tête. Il est soulagé et habillé se sent moins vulnérable.
Dans le couloir, il est émerveillé par les toiles de maitre qu'il sait originales mais ne peut pas s'y attarder. Ils passent dans le salon et les yeux de l'androgyne s'égarent sur la table. Oui ces gens là ont une famille et des amis. Et la nourriture a l'air si appétissante. Son estomac se met à gargouiller. Tom fait un signe et immédiatement des gens s'affairent et emballent une bonne partie des restes.
 
- Le champagne aussi.
 
Un de ses hommes prend les boites et les suit. Bill est comme absent. Lui n'a jamais eu ça depuis la mort de sa mère à 14 ans. Après son père est tombé dans l'alcool. Il a du très vite apprendre à ne compter sur personne. Il ne pense même pas à tenter de courir à toute vitesse vers cette porte au bout du couloir. Quelque chose lui souffle que ce serait une belle connerie.
 
...
 
Il a étalé les boites sur un lit ... Bill n'en a jamais vu de cette forme ni de cette taille. C'est carrément hallucinant. Cette pièce est vraiment sublime. Tout le plafond est un immense atrium et il suffit de s'allonger pour admirer les étoiles. C'est tellement romantique.
Il n'ose pas toucher à cette nourriture alors qu'il en salive. Un rire résonne et le poids du corps du natté affaisse le matelas.
 
- Mange! C'est pour toi que j'ai fait monter tout ça.
 
Il porte juste un bas en soie noir. Ses nattes noires sont détachées et tombent librement sur ses épaules. Bill l'observe longuement. Il adorerait le dessiner. Dans d'autres circonstances peut-être.
Tom lui sourit avec tendresse? Sa main se pose sur sa joue et la caresse est tellement douce.
 
- Bill, tu me fais trop envie alors prends des forces. Et t'abimer est la dernière chose que je souhaite alors fais moi un peu confiance.
 
Il baisse les yeux. Il aurait peut-être explosé de rires dans d'autres circonstances. Mais là. Là. On parlait de son viol. Pourtant il a toujours aussi faim alors il mange. Déguste et pense à son chat. Et à son petit studio merdique. Cette chambre était deux fois plus grande que chez lui.
Il trouve ça vraiment délicieux. Tom ne perd pas une miette et oui. Georg n'aurait pas pu lui offrir une plus belle chose.
 
Il lui a prêté une de ses chemises et un boxer le temps qu'il se détende. Qu'il mange.
 
- Tu aimes quoi comme musique?
 
Bill complètement focalisé sur son estomac et ses choses délicieuses en oublie presque sa situation.
 
- Placebo.
 
Il ne voit pas la petite grimace de son bourreau mais ... un tellement petit sacrifice. Il tapote sur quelques touches et les premiers accords de Bitter End envahissent l'espace sonore.  Bill sourit. Oui il sourit.
De la musique. Un super repas. Et puis.... même si cet homme compte le violer, il est loin de ressembler à un vieux pervers tout dégoûtant. Au contraire. Rien que son torse est...
Pas un seul mec à la fac n'est aussi beau que lui. Il boit le champagne à la bouteille et ne se rend pas compte que les bulles lui montent à la tête.
Et il oubliera qu'il parle, parle de lui comme jamais il ne l'a fait avec personne. Et tout ce qu'il s'est évertué à cacher pendant 5 années, toutes ces révélations enchantent son ravisseur.
Et des larmes. Pour sa maman. Et les bras de Tom. Pour le consoler.
Des mains qui retirent sa chemise.
Le natté l'allonge doucement sur les draps qu'il trouve vraiment doux. Il ne le repousse pas quand ses lèvres se posent sur les siennes. Non, il laisse sa langue taquiner la sienne. Il le laisse l'embrasser. Lui donner encore plus chaud. Il répond même au baiser.
Les bulles rendent tout ça tellement mieux.
Il en boit encore quand les lèvres de Tom s'attaquent à son torse. Peut-être que demain. Il n'y pensera même pas. Il ferme les yeux quand il sent le boxer descendre le long de ses jambes et lutte pour ne pas se dérober.
 
- Juste doucement. souffle Bill comme une dernière volonté avant sa mise à mort.
 
Mais Tom sait qu'il est trop excité pour se contrôler totalement. Ses mains écartent les cuisses de l'androgyne et son corps bien musclé se cale entre elles. Il se frotte contre lui et rien que ça c'est meilleur que tout ce qu'il a connu. Bill. 4 lettres qu'il n'oubliera jamais.
 
 - Putain! Grogne Tom
 
La victime enfonce ses ongles dans la peau de son violeur parce qu'il sait qu'il va avoir mal. Il attrape une autre bouteille et boit encore. Il veut juste perdre conscience.
 
Il sent quelque chose en lui mais ne veut pas savoir.
Ça se retire. Puis c'est plus gros. Il hoquète et lâche la bouteille. Le champagne imbibe les draps.
Ça s'étire en lui et c'est pas agréable. Il veut hurler mais il se retient. Pour ne pas que ce soit pire.
 
- T'es tellement serré Bill.
 
Il a pas mal d'expérience et sait que sa jolie victime est trop tendue et qu'elle va souffrir. Il ne veut pas l'abimer. Il se redresse et ouvre un tiroir. En sort un petit pot jaune et enlève le bouchon. Il l'avance vers les narines de sa proie.
 
- Inspire ça doucement.
 
Bill secoue la tête. Il ignore ce que c'est. Ses ongles s'enfoncent encore plus mais l'homme au dessus de lui ne bronche pas. C'est un si petit prix à payer pour ce qu'il va voler.
 
- C'est du poppers. Ca te détendra.
 
Il ose affronter ses yeux. Ses yeux tellement...profonds. il ne veut pas le contrarier et obéit. Et se sent immédiatement mieux. Tout son corps se détend, tout ses muscles.
Il sent à nouveau une présence en lui et rigole. Oui, il se sent vraiment partir là. Cette sensation ne lui fait plus mal. Il commence même à trouver ça agréable.
 
- Mum.
- Bah voilà ce qu'il te fallait!
 
Tom ne peut plus attendre. Son érection lui fait mal et puis il a été assez patient comme ça. Il retourne Bill d'un coup sec et lui relève les fesses, place de gros oreillers sous lui. La position est parfaite. L'angle de pénétration optimal. Et l'androgyne se sent tout bizarre et tout chaud.
Tom dont le corps n'a jamais été aussi bouillant le pénètre enfin. Et la sensation est tellement jouissive. Etre en Bill est la chose la plus merveilleuse qui soit.
 
- Han.. Putain! S'exclame Bill.
- Putain.. tu fais quoi Tom? Demande-t-il en tournant la tête.
- Je te baise.
 
Bill lui fait une petite moue trop adorable. Et il doit se retenir pour pas jouir là tout de suite. Et se remet à rire. Il en a peut-être trop sniffé pense le natté.
 
- Mum... ca fait maaaaaaaaallllllllllllllll Tom!
 
Là il se stoppe net. Et l'ange sous lui se remet à rire et ça fait tout bouger à l'intérieur de lui. Tant pis! Il ne peut plus lutter. Trop d'envie. Trop besoin.
Il fait le chemin inverse et le pénètre plus violemment. Le souffle de Bill se coupe. Et des larmes perlent au coin de ses yeux.
 
- Bill?
 
Il n'est qu'un homme. Et continue de le pénétrer de plus en plus vite et de plus en plus fort. En jurant, grommelant et grognant. C'était si étroit. Si chaud. Si bon.
 
Bill.
 
Et il éjacule en trois fortes giclées à l'intérieur de sa victime. Il se retire et s'écroule sur le dos plus satisfait que jamais. L'orgasme l'a totalement terrassé. Il reprend son souffle. Les battements de son cœur reviennent à la normale et il commence à entendre. Il tourne la tête. Bill a viré les oreillers et est recroquevillé à l'autre bout du lit.
 
Merde! Est la seule pensée cohérente qui lui vient à l'esprit.
 
- Bill, viens là.
- T'avais promis! Crache-t-il en le dévisageant méchamment.
 
Tom soupire. Il n'aime pas qu'on lui résiste et encore moins qu'on lui reproche quoi que ce soit. Il n'a de compte à rendre à personne.
 
- Tu changes de ton et tu viens là tout de suite! Ordonne le bourreau d'une voix grondante.
 
Non. Il ne sait pas non plus être gentil même quand il est en tort. Bill s'approche la peur accrochée au ventre en se recouvrant avec le drap. Il supporte mal d'avoir son sperme sur lui. Il se sent si dégoutant. Tom l'agrippe et il hurle.
 
- Je t'en prie! S'te plait. Supplie-t-il d'une voix toute chevrotante.
- Tsst!
 
Il le laisse lui écarter les cuisses et regarder à l'intérieur. Le laisse introduire un doigt en lui. Il tremble beaucoup. Il se déteste. Il ne saigne pas et Tom est soulagé. Il ne peut pas avoir si mal que ça. Pas physiquement en tout cas.
 
...
 
Il l'attire contre lui et lui susurre des paroles rassurantes. Le nettoie avec une serviette humide. Lui caresse les cheveux et l'androgyne finit par s'endormir.
 
...
 
Bill ouvre les yeux dans cette chambre trop grande... il se redresse et grimace. Une atroce douleur dans le bas de sa colonne vertébrale le traverse.
 
- Merde!
 
Il essaie de reconstituer le puzzle. Se rappelle de ces hommes en noir. Ces bouteilles qu'il a vidé. Tom!
 
- J'suis plus vierge! Bordel!
 
Il se lève malgré la douleur et se souvient vaguement de la direction de la salle de bain. Il a besoin d'une douche et d'aspirine. Il ne se souvenait pas de la baignoire à bulles.
 
- Va pour un bain!
 
...
 
Tom rentre en sifflant et la première chose qui le frappe est le lit vide. Il regarde partout. Pas de Bill. Il se rue dehors et interroge les gardes. Rien.
 
- Je vous jure que si vous me le retrouvez pas dans les 10 minutes qui suivent je vous bute tous!
 
Et il le ferait.
Bien énervé, il retourne dans sa chambre. Attrape la chemise qu'il lui a prêté et renifle son odeur. Il sent tellement bon. C'était son cadeau. Et aujourd'hui le jour de Noël!
 
Bill fredonne en enfilant un peignoir. Il ne se souvient pas de tout mais une bonne partie. Se souvient d'avoir étouffé un cri de plaisir. Il se déteste d'avoir joui. D'avoir aimé ça.
 
...
 
Plus perdu que jamais, il déambule dans la chambre.  Et voit son violeur en train de renifler une de ses chemises. Il hausse les épaules et décide de se rallonger. Il a trop mal partout.
 
- Aie!
 
Tom relève la tête et aperçoit Bill grimaçant pendant qu'il retourne sous les draps. Il soupire de soulagement et ferme les yeux une seconde.
 
- Tu étais où?
- J'ai pris un bain. J'aimerais une aspirine. Et des gaufres avec plein de chantilly. Et faudrait que quelqu'un s'occupe de Swiffty.
 
Tom est soulagé et heureux. Il est en train de vivre le meilleur Noël de toute sa vie.
 
- Un de mes hommes est passé à ton studio et lui a rempli sa gamelle. Ton aspirine et tes gaufres arrivent tout de suite.
 
L'androgyne est un peu sonné. Il disait ça pour plaisanter, enfin il ne le pensait pas réellement. Mais il trouve ça cool.
 
- Avec un café liégeois?
- Tout ce que tu veux.
 
...
 
Bill n'a pas eu le choix. Une fois de plus. Marcher lui fait un mal de chien. Alors le voilà dans les bras de Tom.
Oui.
Son violeur est en train de le transporter dans le salon comme une princesse.... Il reconnait un peu les personnes d'hier. Surtout Georg et commence à s'agiter.
 
- Calme toi tout de suite. Ordonna-t-il d'un ton qui ne souffrait aucun doute.
 
Alors il obéit et arrête de gigoter. Tom sent juste les cheveux de Bill chatouiller son cou. Il aime ça. Il sent quelque chose en train de le mouiller. Il le dépose sur une chaise rembourrée à côté de lui. Et essuie les joues de son joli cadeau avec ses pouces.
 
- Je suis impressionné. T'as vraiment un talent pour dompter les animaux. Lance son ami Georg.
- Bill je te prie. Rétorque Tom de ce même ton qui a fait pleurer sa victime..
- Excuse moi!
 
Oui Georg est vexé. Rares sont les fois où son ami joue son connard avec lui. Mais il est aussi son patron alors...
Tom se contente de sourire. Il n'aime pas vraiment que l'on compare Bill à un animal. Et claque des doigts pour qu'on remplisse leurs assiettes.
 
- Mange.
 
Et l'androgyne obéit. Tout le reste de l'après midi, il fait de son mieux. Il espère que bientôt on le relâchera. Cet homme lui avait parlé de quelques jours.
 
Le natté rit à gorge déployée. Et cesse net en tombant sur le visage tout triste de Bill. Il s'approche de lui.
 
- Tu devrais aller voir au pied du sapin. Y'a surement quelque chose pour toi. Lui souffle Tom d'une voix toute douce.
 
Bill n'est pas sûr de bien comprendre et dévisage son ravisseur un instant. Ravisseur qui lui lance un petit sourire rassurant?
Il soupire et décide de ne pas le contrarier. Il n'est plus à ça près. Heureusement le sapin n'est pas trop loin. Il s'y dirige lentement des questions plein la tête.
C'est sûrement une mauvaise blague. Il se penche et scrute les paquets et en remarque trois avec son nom.
 
- Tu lui as offert des cadeaux? S'exclame Georg complètement ahuri.
 
Les autres s'abstiennent de faire d'autres remarques. A part à ses amis et à sa famille. Tom n'offre jamais rien à personne. Surtout pas à l'un de ses amants.
 
Bill ne peut pas s'empêcher de ressentir de la joie. Des cadeaux, ça faisait longtemps qu'il n'en a pas reçu.
 
- Je peux les ouvrir?
 
Il a cette voix si enfantine. Ce regard si pur. Bill est tellement adorable. Tellement. Tom lui sourit en hochant la tête.
 
Il déchiquette le papier et ouvre le plus gros en premier:
 
Une boite de pastel, un set d'huile, des crayons, des pinceaux, du papier pour aquarelle, des blocs de dessin, des fixatifs, des châssis et le plus beau un chevalet à manivelle.
 
Il ne manque absolument rien. L'androgyne sait que ça coute une fortune. Parce que ce ne sont que des grandes marques. Mais comment... comment Tom a su?
 
Tom s'est rapproché. Il s'accroupit à côté de lui.
 
- Ca te plait?
- Mais.. comment tu..? tente d'articuler Bill encore sous l'effet de la surprise.
- Hier, le champagne ... tu m'as raconté tellement de choses.
 
Quoi?
Quelles choses?
 
Non. Il détestait que quelqu'un puisse savoir ce qu'il a tout au fond de lui. Une immense souffrance. Un manque énorme.
 
- Tu devrais ouvrir les autres. Lui conseille-t-il toujours de sa voix mielleuse.
 
Ils sont le centre d'attention mais ne s'en rendent pas compte. Pas vraiment. Pas Bill.
 
David et Linda échangent des regards équivoques. Même si leur fils se cache sous cette carapace d'homme impitoyable, il est avant tout leur petit garçon et avec eux, il ne peut pas jouer à ce petit jeu.
 
Bill s'exécute et ouvre le deuxième plus gros. Un manteau. Un épais manteau bien chaud et douillet. Et tout doux. De marque. Il n'aurait plus jamais froid avec ça. Il essaie de contenir ses émotions. Il ne veut pas que Tom sache à quel point il est touché. Et puis, il l'a quand même violé!
 
Il se redresse et l'enfile avec un grand sourire. Oui ça lui va comme un gant. Il croise le regard brillant de Tom et se mord la lèvre. Peut-il vraiment accepter tout ça? Cette pensée a une durée de vie de quelques millisecondes alors que Tom lui tend le troisième paquet. Un peu en tremblant. Jamais de sa vie, il ne tremblait.
 
Les autres complètement fascinés par ce spectacle restent bouche bée. Oui Tom est vraiment étrange avec Bill. Assez étrange pour que leurs yeux ne se détournent pas d'eux.
L'androgyne tout sourire éventre la troisième boîte. Une toute petite boîte. Il interroge le natté une seconde ou deux. C'est tellement intriguant. En général, ce genre de boite contienne des bijoux. Il ne tient pas longtemps. Et soulève le petit couvercle. Et le referme tout aussi vite.
Qu'est ce que cela signifie vraiment?
 
Il tient comme il peut sur ses jambes un peu tremblantes en fixant Tom droit dans les yeux. Tom dont le souffle s'est un peu coupé.
 
- Bill... je sais que...
 
C'est presque un murmure.
 
- Pardon de t'avoir fait mal.
 
Sa voix. Ses yeux. Transpirent la sincérité.
 
- Pourquoi? Interrogea Bill tout aussi doucement.
 
Tom se redresse d'un coup les poings serrés et ses yeux, ses yeux ne sont qu'un incendie.
 
- Pourquoi! Putain Bill... t'es tellement.. tellement... tout!
- Tout? Insista l'androgyne plus que satisfait de la réponse.
- Oui tout. Répéta le natté d'un ton des plus sérieux.
 
Cette fois il laisse ses émotions éclatées. Et se jette dans les bras de Tom qui le rattrappe. Oui Bill a tout changé.
Parce qu'il est parfait.
 
- Mais il t'a offert quoi? Demande Georg assez fort.
 
Bill ouvre de nouveau la petite boîte et en sort un trousseau de clé. Les clés de l'appartement de Tom. Et tout le monde sait que Tom Kaulitz aime trop être libre pour ça.
 
- Est ce que mon fils serait amoureux?
 
Des rires fusent. Des vannes pourries. Des taquineries. Une mère attendrie qui connait déjà la réponse.
 
- Est ce qu'il l'est? S'enquiert Bill en soufflant doucement dans son cou.
- Oui. Avoua Tom sans hésiter.
 
 
Ce que tout le monde ignorait c'est que Tom Kaulitz peut changer et tout plaquer pour la plus magnifique des créatures.

Commentaires (8)

  1. Pauline Rochefort

Lire cet os en écoutant Lost it all de Black Veil Brides est assez.....paradoxal XD
Ce texte est trop chou ! Le contexte est simple à imaginer et le caractère des personnages assez réaliste
Georg me fait bien rire parce que j'ai beaucoup de mal...

Lire cet os en écoutant Lost it all de Black Veil Brides est assez.....paradoxal XD
Ce texte est trop chou ! Le contexte est simple à imaginer et le caractère des personnages assez réaliste
Georg me fait bien rire parce que j'ai beaucoup de mal à le considérer autrement qu'un grand yeti tout gentil ^^
Sinon bah..que dire à part que c'est parfait ???
Bravo encore une fois pour ton talent !
Kiyo

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. LOVELYBIBI Admin    Pauline Rochefort

je ne dirais pasq ue le texte est chou, le pauvre Bill est quand même kidnappé et violé mais bon XD
ah ah Georg, bah ici c'est un gros dur.
merci et celui ci aussi était pour un concours et celui ci je l'ai gagné lol

  Pièces jointes
 
  1. Apple-Juice

Ça va un peu trop vite. Mais j'ai beaucoup apprécié!
J'aime qd Bill est tout soumis mais qu'en même temps Tom est protecteur à souhait.
ça rend ça tout mielleux et je suis une fille. .. j'aime tout ce qui est mielleux

  Pièces jointes
 
  1. Sophye

J'adore cet OS ! Je ne me lasse pas de le lire et le relire. Je me demande s'il y a une page facebook entièrement dédiée à ce type d'OS

  Pièces jointes
  Dernière édition du commentaire il y a environ 1 an par LOVELYBIBI Admin LOVELYBIBI Admin
  1. LOVELYBIBI Admin    Sophye

Heureuse que cet OS te plaise et désolée mais ton lien est purement publicitaire je l'ai donc enlevé et non il n'y a à ma conaissance aucune page facebook dédiée à ce genre d'OS.
mais si tu as un lien en rapport avec le yaoi, celui là je ne le...

Heureuse que cet OS te plaise et désolée mais ton lien est purement publicitaire je l'ai donc enlevé et non il n'y a à ma conaissance aucune page facebook dédiée à ce genre d'OS.
mais si tu as un lien en rapport avec le yaoi, celui là je ne le déplubierais pas XD

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. Roxanne

C'est très bizarre parce que j'ai beaucoup aimé cet Os mais je suis partagée quand même ^^ Déjà pour ce que j'ai aimé, alors j'ai bien aimé qu'au début tu fasses un paragraphe pour chacun des personnages, ça marque encore plus le fait qu'ils sont...

C'est très bizarre parce que j'ai beaucoup aimé cet Os mais je suis partagée quand même ^^ Déjà pour ce que j'ai aimé, alors j'ai bien aimé qu'au début tu fasses un paragraphe pour chacun des personnages, ça marque encore plus le fait qu'ils sont totalement opposés, ensuite j'ai trouvé la fin très mignonne. Pour ce qui est de ce qui me rend un peu plus perplexe, c'est que même si la fin est mignonne, ça me parait un peu irréaliste que Bill semble prêt à vivre avec Tom alors qu'il l'a kidnappé et pris sans vraiment qu'il soit consentant... Mais enfin après tout c'est une histoire alors tu peux te permettre de sortir de la réalité

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. LOVELYBIBI Admin    Roxanne

Lol oui t'as complètement raison c'est surréaliste comme fin mais je suis parti du fait que Bill est seul dans la vie et que même si Tom l'a maltraité il s'occupe de lui quand même, c'est une sorte de syndrome de Stockolm...
Mais je suis...

Lol oui t'as complètement raison c'est surréaliste comme fin mais je suis parti du fait que Bill est seul dans la vie et que même si Tom l'a maltraité il s'occupe de lui quand même, c'est une sorte de syndrome de Stockolm...
Mais je suis incapable de faire des badends et c'était pour un concours je crois..
Mais parfois sans le recul on se rend pas toujours compte.
Merci de ton comm

Lire la suite
  Pièces jointes
 
There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement