Connexion

SEARCH

TRUE COLORS

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
http://lovelybibi.fr/images/FICS/LOV_OS%20true%20colors.jpg
 
PDV Tom

Elle me foudroie de ses grands yeux clairs, ses lèvres pincées et sa voix hurlante ne laissent guère présager de pardon cette fois ci.

- J'en ai marre que tu me prennes pour une conne! T'es juste immonde Tom!

Je tente de décrypter ses paroles et surtout de trouver le moindre indice car elle peut m'en vouloir pour n'importe quoi, je l'ai trompé tellement de fois avec tellement de filles... laquelle?
Pourtant elle est sublime, avec ses longs cheveux brillants et sa poitrine généreuse. Elle m'a tout de suite pris sous son aile mais moi je peux pas m'empêcher: de succomber.

- Calme toi... c'était juste... j'avais bu et...

Son rire amer ne laisse présager aucun retour en arrière, aucune réconciliation. Elle me pousse vers l'entrée appuyant ses mains avec force contre ma poitrine qui se soulève quand j'aperçois toutes mes affaires entassées.
D'accord... faut vraiment que je me sorte de là.

- Ma puce, je..
- Tu te barres! Je veux plus te voir! Tu me rayes de ta vie. Je ne veux plus jamais, jamais entendre parler de toi connard!
me coupe-t-elle.

Okay. Là. Je suis vraiment dans la merde. Mes parents vivent aux States et moi toute ma vie est ici et...j'ai nulle part où aller. Je déglutis. On a toujours pris soin de moi et là..
Non, je ne sais pas me débrouiller tout seul malgré mes 20 ans.

- Tu.. tu peux pas me foutre dehors comme ça! Tu sais très bien que...
- Va squatter chez une de tes poufs, j'en ai plus rien à faire Tom! Démerde-toi!
me crache-t-elle méchamment en me lançant des éclairs.

Je lui fais mes plus beaux yeux tristes comme dans un de ces mangas délires mais elle ne fait que froncer les sourcils un peu plus. C'est raté, je vais....
Merde!

Elle donne un coup de pied dans mon sac et menace ma guitare que je saisis vite fait. Putain! Me voilà SDF! Je le crois pas ça. Je soupire et range tout ça dans ma voiture avec un pincement au cœur. Je l'aperçois à travers la vitre de mon ex chez moi avec un air triste peint sur le visage.
Je lui envoie un doigt d'honneur et démarre. Je me gare sur un parking et squatte la première brasserie qui me semble potable. Je commande une bière et dégaine mon Nokia. Voyons voir.. C'est parti...
Alex.

- Salut, c'est T...
- Tom! Tiens! Tiens!


Sa voix n'a rien d'engageante, j'hésite franchement...

- Je suis libre si tu veux qu'on passe un peu de..
- De quoi Tom? Tu veux juste me baiser et Bam plus de Tom au petit matin ! Tu m'as pris pour une pute ou quoi !


Ouais... ça, je le fais à chaque fois. Je prétends aller à la boulangerie et puis je me barre. C'est comme ça. Pas de prise de tête, ni de disputes... J'insiste pas et lui raccroche au nez. Efface son numéro. Bon à ton tour Ania.

- Ouais c'est Tom, je me disais qu'on pourrait aller au restau et p..

J'éloigne le combiné de mon oreille.. Bordel!

- Tu te fous de moi là! T'as oublié que tu m'as confondu avec ma sœur! Ma sœur bordel! Mais t'as qu'à l'appeler elle! Tu sais son mari a hâte de te..

Je raccroche en soupirant. C'est pas gagné. Je commande une autre bière pour me donner du courage. J'ai déjà mal au crâne.
April. Elle est mannequin pour une grande marque de lingerie et... ses seins sont juste perfects. Je souris bêtement en me souvenant de son corps éthéré.

- Salut! je sors d'un ton mielleux.

Le silence me répond. J'entends pourtant son souffle et... des larmes. C'est pas vrai! Y'en a bien une qui doit se languir de ma présence! Attendre désespérément que je l'appelle!

- Comment tu oses me.. ENFOIREEEEEE !!!

Elle m'a tué les tympans là. Je réponds rien, j'attends de savoir...

- Tu te souviens pas! Mon agent m'a viré parce que tu l'as baisé elle en criant mon nom! Comment t'as pu me faire ça! T'as foutu ma vie en l'air! renifle-t-elle.

Okay.. Ouais mais j'étais bourré aussi, bon j'avoue je suis souvent bourré. Mais j'ai une excuse en béton armé: je suis un mec merde! C'est pas ma faute à moi si mon corps veut absolument se reproduire!

- Je te déteste!

Et le son du bip m'enfonce un peu plus. Je commande bière sur bière. A la base je comptais ne jamais les rappeler, je n'étais pas censé avoir besoin d'elles et voilà où j'en suis! Tout seul et.. Quelque chose se tord en moi.
Il faut que je trouve un truc, un endroit, n'importe qui...
Qu'est ce que je vais devenir! Il doit me rester une centaine d'euros en poche et après ???
Bosser?
Nan mais jamais de la vie! Et puis quoi encore!
Je préfère encore séduire une petite vieille friquée que de perdre mon temps pendant 40 ans, ce serait trop de gâchis! Oui je suis une feignasse et j'assume. J'ai un corps de rêve pour m'épargner de me lever tous les matins alors...
Oui ma nana m'entretenait et alors? Elle avait du fric et je me donnais à fond quand je la baisais. Je trouve ça équitable!

C'est ce que je me répétais avant qu'elle ne me jette. J'essaie encore de me convaincre alors qu'elle est bien au chaud et moi, et moi ? Ma gorge se serre.
Je compose un autre numéro. Et un autre.
Je me fais insulter et rejeter et ouais ça fait un mal de chien. Quelque chose en moi se fissure lentement.


 
...


Je me traîne jusqu'au Palace, le vigile me connait et me laisse passer gratuitement. Au moins j'ai un endroit où passer la nuit. Je m'échoue sur l'un des vieux canapés simili cuir tout défoncés et soupire. Je peux pas vivre dans ma voiture, hors de question. J'ai pas d'argent pour louer quoi que ce soit.
Mes potes? Ils me veulent pas chez eux, ils ont trop peur que je leur pique leurs nanas.. C'est pas parce que je l'ai fait une fois que forcément je vais.....
Okay.. j'avoue...je suis irrécupérable! Donc me voilà sans ressource, sans maison.
Je grimace et me perds sur les corps qui ondulent au milieu de la piste sur un remix pourri de Guetta.. Ça vous arrive jamais à vous, d'être au milieu de la foule, de ces gens qui sourient, qui font la fête et d'être juste à côté d'eux avec votre cœur à plat et que personne ne remarque rien et qu'ils continuent à faire la fête?
Bah moi là je suis en plein dedans. Je sais que je suis pas un exemple à suivre, que je mérite surement ce qui m'arrive mais.. je veux juste profiter de la vie tant que je suis jeune.
Je me masse les tempes. Et commande une autre tequila.
Et prends racine là à moitié somnolant. Dans quelques heures ils sortiront tout le monde dehors et moi? J'irais où?
J'essuie une larme traitresse parce que je veux pas terminer clochard. J'ai même pas de quoi me payer un billet d'avion pour rejoindre mes vieux, rien du tout. Alors je m'envoie tequila sur tequila. Parce que j'adore ça et que peut-être je pourrais oublier. Juste oublier que je suis là. Oublier que je me sens vraiment vraiment seul, moi qui ai toujours été entouré...
Je suis perdu.
Une belle brune s'installe en face de moi et me sourit.. merci Mon dieu! Je lui rends.

- Tu es tout seul pauvre chou?

Sa voix est toute douce. Ses yeux plongent en moi et me font frissonner. C'est un vrai canon selon les normes actuelles.
Ils lancent déjà les slows! Est ce que je me serais endormi pendant tout ce temps ?
Elle se lève et me tend la main toujours avec cet immense sourire. J'hésite pas, un peu de chaleur humaine me remontera le moral. Je me colle à son corps chaud tout enchanté par ce petit miracle et recule en criant.

- T'es un mec !

Il éclate de rire et me dévisage littéralement. Là, je réalise qu'il n'y a plus personne sur la piste, ni nulle part dans la boite.. qu'est ce qui se passe au juste? J'avoue. J'ai peur.

- Tu me fais pitié! Tu te ramènes ici tout les week ends et te tape toutes les salopes qui veulent bien de toi mais t'es canon et tu me plais. Donc je pourrais disons oublier ..

J'écarquille grand les yeux et retourne en titubant vers les vestiaires. Il est juste derrière à quelques pas et enfile aussi une veste.. Il va quand même pas me suivre ?
Peut-être que c'est un psychopathe qui veut me tuer, ou pire: me violer. Je triture ma lèvre et essaie de me calmer tout en accélérant mon allure.
Il accélère aussi. Okay.

- Tu joues à quoi là? lui lançai-je d'une voix désagréable.

Il hausse les épaules d'un air amusé toujours en me fixant avec ses putains de yeux.. je casse notre échange avant de devenir dingue. On tourne dans la grande avenue et le froid fouette mon visage et s'infiltre à travers mes vêtements. On est en plein mois de novembre et il caille. Je resserre mon gros sweat contre moi.
Je vais mourir de froid dans ma voiture.

- Alors chou? Tu vas où comme ça? lance-t-il d'une voie enjouée.

Il bondit devant moi comme si tout ça l'amusait, il m'énerve. Je le pousse fort mais il a de l'équilibre et rit plus fort. Pourquoi ai-je l'impression qu'il se moque royalement de moi ?

Il continue de me suivre en silence comme un petit toutou. Il a du s'allumer une clope vu l'odeur que je sens. Le trajet se termine devant ma petite Audi et comment vous expliquer...
J'aimerais juste pleurer. Penser que cette voiture, c'est tout ce qu'il me reste. Je soupire et refoule toute ma peine. Pas question de craquer devant l'autre là. Y'a trop peu de place pour que je puisse m'allonger là dedans. Il colle son nez à la vitre et oui la voiture est blindée.

- Je suis au courant, je sais que ta nana t'a foutu à la porte. Et figure toi que j'ai un spacieux et confortable appartement.

Je cligne des yeux et un vent gelé se lève. Je ne sais pas ce qui me fait le plus peur.... le fait qu'il soit au courant de ma vie privée ou son sourire mesquin. Je frissonne, et j'ai terriblement faim. Mon ventre se met à gargouiller. Bill lève son menton en direction d'une boulangerie non loin de là.

- C'est simple, je t'offre tout ce que tu veux tant que tu m'obéis comme un gentil petit chien.

Je me raidis d'un coup. Il n'est pas vraiment sérieux là? Je secoue la tête. Je suis pas désespéré à ce point là.

- Va te faire foutre! Jamais tu me toucheras okay ! Maintenant casse toi!

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et me dirige vers cette boulangerie. Je commande trois pains au chocolat et extirpe mon porte feuille de mon baggy.

- Ca vous fera 2,70€

Et... merde! Vide! Il est complètement et totalement vide! Putain! Là j'ai juste envie de m'écrouler sur le sol.. Quel con! J'ai tout dépensé dans ces tequilas!
Je baisse la tête et m'apprête à partir. Vaincu. C'est surement ce salaud de Karma qui me renvoie l'ascenseur.

- Laisse, c'est pour moi! Ajoutez-y un jus d'orange!

Il paie et me tend le paquet en glissant sa carte de visite dedans.

- Tu as mon adresse et mon numéro. A toi de voir beau gosse.

Et il s'évapore comme ça. Je retourne d'un pas penaud vers ma petite voiture et dévore mon petit déj'. Je me cale le mieux que je peux et essaie de dormir. Je mets le chauffage à fond mais je frissonne quand même. Je donnerais n'importe quoi pour un bain chaud et des larmes roulent sur mes joues.
Parce que je me trouve juste pitoyable.
Je tente de la rappeler.

- Je suis désolé Lena. Je sais que ça vaut rien venant de moi mais je suis sincère. Tu me manques.

Et je raccroche en m'emmitouflant comme je peux avec d'autres couches de fringues. C'est super inconfortable et j'ai mal au dos. J'essuie mes larmes et replonge dans mon enfance où tout était plus facile.
Oui je sais que j'aurais du partir avec mes parents là bas mais à l'époque je venais de rencontrer cette fille splendide et au début j'ai cru que je serais capable de changer pour elle. Je me suis vite rendu compte de mon erreur mais elle acceptait tout de moi alors on est resté comme ça et puis...
Elle a fini par en avoir assez.


 
...


La nuit tombe à nouveau et je me sens pas rassuré du tout. J'entends des mecs s'agiter au bas d'un immeuble à quelques mètres, je démarre pour aller dans un endroit plus tranquille et ère dans la ville. Mon estomac se tord.. Je ne peux pas continuer comme ça!
J'ai trop faim et froid. Et j'ai trop besoin d'une douche...
Je me gare près d'un parc... mon réservoir est bientôt vide et... ouais je sais. Je suis dans son quartier. Très chic, calme et sympa.
Bon, je peux surement négocier... je ne sais pas jouer les femmes d'intérieur, peut être qu'il voudra bien me nourrir...
Je reste bien une heure les mains accrochées à mon volant et rigole.. Parce que ce mec en a juste après mon cul!
Je tombe de fatigue et de désespoir.
Je vais juste me laisser crever.


 
...


Toc toc

Je me redresse vivement et l'aperçois derrière la vitre. Je l'abaisse méfiant. Il s'accoude dessus. Et me tend un petit paquet en papier qui sent trop bon. Il le met vite hors de portée et caresse ma joue du bout des doigts.

- Tu finiras par me supplier Tom.

Il balance le sac sur mes genoux et se casse. Comme ça. Du poulet, des frites, une bouteille de Ice tea et trois crumbles. Que je garde pour demain.


 
...


Je profite des quelques rayons de soleil pour me dégourdir les jambes et ça fait du bien. Je marche jusqu'à son adresse et c'est le genre d'immeuble super sécurisé avec tout plein de trucs comme une salle de sport et un restaurant... Ce mec doit être vraiment friqué. Je soupire.
Il m'achètera pas.
Je vais tenter les douches publiques. Je sais qu'il y en a pas loin. Je marche, marche et tombe sur un panneau. Fermé le mardi. Et bien sur on est mardi.
Trop besoin d'une clope mais... mon paquet est vide.


 
...


Je tremble de partout. -7°. Et la pluie bat à torrent. Ouais on se les gèle. Et je fonds en larmes comme une gamine en cognant ma tête contre la vitre. C'est pas possible de souffrir autant. Je claque si fort des dents que ma mâchoire me fait mal et j'ai tellement faim bordel!
Tant pis! J'attrappe mes sweats les plus chauds et les enfile. Je cours jusqu'à son immeuble. Malgré les épaisseurs je suis trempé et grelotte.
Je cherche son nom sur l'interphone.

- Oui.

Je mets quelques secondes à réagir parce que je sais pas dans quoi je m'embarque et j'ai vraiment peur. De toute façon j'ai plus le choix, c'est ça ou mourir. Seul.

- C'est Tom. annonçai-je en claquant des dents.

Je m'effondre sur le sol et me recroqueville sur moi-même. J'ai plus de forces. Une minute après je sens qu'on me secoue.

- Merde! Tom.. allez.. lève toi.. je peux pas te porter, j'ai pas assez de muscles pour ça.

Je m'accroche à lui comme je peux et on s'écroule dans l'ascenseur, j'arrive pas à le lâcher. Comment j'en suis arrivé là? Un putain d'inconnu qui me sort de la rue!
Et je me rends pas compte que je parle et que je pleure.

- Hey! Calme toi.. ca va aller okay. Je vais m'occuper de toi

Pourquoi ses mots ne me rassurent-ils pas?


 
...


Je ne me souviens d'absolument rien à part ce flou et le sol. Et me voilà au chaud dans des draps en soie et...nu!
Nu et nettoyé! Je sens la vanille je crois...
Mes dreads sont coiffées et...
Je laisse ma tête retombée sur les gros oreillers quand mon estomac gronde et que mes narines m'indiquent qu'il y a de la bouffe quelque part dans cette pièce.

Je saute du lit et me dirige vers une sorte de bureau en bois massif. Je m'installe et wouhaouh!
Deux grosses tranches de bœuf avec des frites, des champignons et des haricots et puis des betteraves et de la salade sans oublier la compote aux pommes qui sent comme celle de ma mère....
Je me régale et mon moral remonte.

Je caresse mon ventre bien rempli quand la porte de la chambre s'ouvre sur un androgyne tout joyeux.

- La belle au bois dormant est enfin réveillée!

Il s'approche de moi et pose sa main sur mon front et moi je suis juste un peu tétanisé parce que je suis toujours à poil et que... j'avais oublié ce détail.

- Pas de fièvre. Bien. Et puis t'as bonne mine.

Je me recule doucement et tente de mettre une distance entre nous. Il fronce les sourcils avant de me sourire. Toujours ce même sourire moqueur.

- Voilà le deal Tom. Comme promis, t'auras tout ce que tu veux, tu remarqueras très vite que l'argent n'est pas un souci pour moi, par contre trouver des beaux mecs, ça...

Je ferme les yeux.. Qu'est ce qu'il attend de moi exactement? Je frissonne légèrement et pas de froid. Je commence même à avoir une petite nausée. Ça va pas le faire.

- Fais pas ta sainte vierge, t'as bien profité de ces pauvres filles non?
- Elles étaient consentantes elles !
grognai-je un peu méchamment.
- T'es pas mon prisonnier, tu peux partir quand tu veux. J'ai fais monter tes affaires, il désigne mes valises du bout de l'ongle, et ta voiture est bien au chaud au garage. On lui refait sa peinture, le plein et une révision complète. Tes papiers et ton portefeuille sont dans le tiroir juste là. Tu es libre Tom.

Il me balance un trousseau de clé sur les genoux.

- Les clés de l'appart, du garage et même de ta chambre mais te fais pas d'illusions, j'en ai un double.
- Qu'est ce que tu veux de moi et... comment tu t'appelles?


Il me sourit différemment cette fois comme si c'était un peu plus sincère et j'avoue qu'il est beau comme ça. Je le regarde mieux, il porte un pantalon en cuir noir qui le moule parfaitement et un T-shirt super élaboré quelque peu transparent. Des sorte de bottines à talon, comme s'il n'était pas assez grand!
Ouais ce mec est beau.

- Bill. Et j'attends de toi que tu m'obéisses. Et on va commencer par refaire ta garde robe parce que tes fringues cachent ton corps sublime et je déteste ça. Aujourd'hui je te laisse tranquille mais demain tu m'accompagneras à une expo.

S'il veut juste se servir de moi pour s'afficher je crois que je vais pouvoir le supporter. Du moment qu'il ne me met rien dans le cul.. je sais je suis vulgaire mais en même temps, ça me traumatiserait à vie!

Trop parti dans mes pensées j'ai rien vu venir. Et... je suis incapable de réagir. Il a posé ses lèvres sur les miennes. Les bouge mais moi je peux rien faire d'autre que...
Je suis en état de choc.

- Ouais il faudra faire mieux que ça la prochaine fois hein... imagine je sais pas que je suis Adriana Lima si ça peut t'aider.

Son ton est froid et ça me blesse. Sans un autre regard, il s'en va.


 
...


Je soupire et parcours la pièce des yeux. Elle est immense, sa superficie doit bien avoisiner les 30 mètres carrés. Je me rue sur l'armoire et enfile un baggy et un T-shirt... si ce Bill croit vraiment que je vais changer de look! Il rêve carrément!
J'avance vers le meuble qui fait face au lit kingsize et l'ouvre... putain! C'est un immense écran plat et y'a plein de Dvd en dessous.
Ça c'est cool. Je continue et aperçois une porte, derrière une magnifique salle de bain. Douche multi jets, baignoire.. bref. J'avoue. Il se fout pas de moi. J'attrape ma guitare et remarque qu'on l'a nettoyé et quelqu'un a même changé les cordes. Je gratte quelques accords et me laisse emporter.


 
...


Vert. Bleu. Jaune. J'en sais rien mais....

- Bill, je...
- Mais je te demande rien Tom. T'enfiles ça, on part dans 20 minutes. A moins que tu ne préfères que je m'en charge!


Je déglutis. C'est une espèce de minishort bleu électrique en latex hypra moulant et la veste assortie n'a pas 30cm de tissu.. c'est.. trop la honte! Je croise son regard déterminé et secoue la tête. Je peux pas sortir avec ça!

- Je crois que t'as pas très bien compris alors je te réexplique. Je te donne un ordre et tu obéis. Est ce que c'est clair ?
- Je refuse de porter ça Bill, c'est.. juste... merde!

- Pardon!?
s'exclame-t-il en tendant l'oreille, Toi tu refuses? C'est bien ce que tu viens de dire Tom?

Je pensais pas qu'un regard pouvait être si noir, qu'une voix pouvait être si tranchante, tout son être m'envoie des espèces de décharges hyper désagréables et qui me font me sentir mal. Il attrape le minishort et me le balance à la figure.

- Tu enfiles ça et que j'ai pas à te le redire!

Il me laisse encore une fois en claquant bien la porte. Et je sursaute comme un pauvre petit animal apeuré. Ce mec est barge. Je revois ses yeux noirs de colère. Me revois dans mon Audi tout seul et me résigne à enfiler ces... je peux même pas qualifier ça de vêtements tellement je les trouve vulgaires, moches et...
Je grimace en me rendant compte qu'avec un millimètre de moins, je rentrais pas dedans...ca me moule de partout. Je respire à fond avant d'oser me faire face devant le miroir.
Et les larmes me montent à nouveau aux yeux.
Ça ou la rue?
Quelle est la solution la moins pire? Je colle mon front contre le miroir froid. J'ai honte de moi, d'être tombé si bas, dans les griffes d'un gosse de riche qui en à rien à foutre de ma gueule.

Il entre à nouveau et me tire vers lui, me tourne autour et siffle comme si j'étais une.... je serre mes dents, mes poings et tout ce que je peux pour ne pas éclater, ne pas le frapper.

- Oh c'est pas la peine de te fâcher mon chou. T'es mignon comme tout en plus. Let's go.

Il prend ma main dans la sienne et m'embarque avec lui. J'ai quand même droit à un gros et long manteau bien chaud.


 
...


C'est bondé. J'hallucine carrément, bon je connais pas vraiment leurs noms, mais y'a pas mal de célébrités qui s'affichent dans les médias ici. J'en oublie presque que je suis accompagné et quand je sens quelqu'un déboutonner ma veste, je me retourne vivement complètement affoler et tombe sur le sourire amusé de Bill, il explose carrément de rire ce salaud.

- Okay, garde le mais tu vas crever de chaud chou!

J'aimerais lui cracher à la figure et lui envoyer son chou bien dans .. nan! Il aimerait trop ça en plus! De toute façon je préfère transpirer que de me taper la honte du siècle.
Je me ballade un peu et tombe sur les toiles et.. je reste scotché. Y'a tellement de couleur et d'énergie là dedans. Tellement de rage? Je les parcours des yeux complètement fasciné. Les personnages semblent si habités, j'ai l'impression qu'ils vont se mettre à bouger comme s'ils étaient vivants..
C'est surprenant et j'avoue que j'adore.
Juste un K pour signature.

La lumière change et beaucoup de yeux se tournent vers moi en murmurant des trucs trop bas pour que je les comprenne. Une femme d'un certain âge m'aborde, ses talons 12 cm d'aspect peau de serpent claquent sur le sol et sa robe, passons.

- Alors tu es son nouveau jouet ?

Je cligne des yeux et suis tenté de fuir avant d'apprendre des choses que je veux pas savoir. Ouais apparemment je suis devenu une sorte de jouet, apparemment j'ai un prix, apparemment je suis foutu.

- Pour le moment je supporte on va dire.

Elle attrape une coupe de champagne et me la tend avec un sourire compatissant.

- Son argent n'excuse pas tout. Ne le laisse pas aller trop loin. Ce serait vraiment du gâchis.
- Pourquoi vous me dites ça?
- Tu devrais enlever cet affreux manteau.
Me conseille-t-elle en fronçant son nez.
- Je peux pas. Et .. ce manteau est plutôt...

Cul bien serré cherche dépuceleur très bien monté... c'est ce qu'on peut lire avec ces lumières spéciales sur ton dos.

Je retire ce truc de sur moi et ouais... je le crois pas! Je le laisserais pas gagner à ce petit jeu tordu. Je le cherche et lui me mate en léchant ses lèvres.
Son regard me brûle et je me sens mal là... parce que... ce regard là je le connais par cœur. Ce regard de prédateur c'est celui que j'avais avant de conclure.
Je secoue la tête. Je supporterais jamais ça. Il me montre du doigt et les gars avec qui il papote gaiement semble apprécier mon corps vu les sifflements qui me parviennent.
Bill me fait signe d'approcher et par peur, par dépit, par je sais pas. J'obéis. Pour le moment.

- Les vierges me font toujours fantasmer! déclare un truc roux recouvert de plumes...

C'est vraiment très laid. Comme lui.

- Bah celui là est mon exclusive propriété privée. Un hétéro pur et dur qui ne va pas le demeurer longtemps!

Ils éclatent tous de rires, bon je sais que je devrais me taire et les laisser fanfaronner mais j'ai encore un minimum de fierté. Et une grande gueule.

- Je préfère crever que te laisser me baiser chou!

Je lui ai envoyé ça bien en face. Ouais. Sa petite cour cesse tout net de respirer mais au lieu s'énerver ou de me claquer, je lis autre chose au fond de ses prunelles, quelque chose qui brille fort et que j'aime pas vraiment.

- T'en fais pas, ils disent tous ça au début! m'apprends un blond à la droite de Bill.

L'androgyne se retourne vers eux et quelque chose change. Parce qu'ils perdent le sourire et lui secoue un peu ses cheveux. Et il est juste magnifique. Ils le matent tous. Lui semble revenir sur terre et tire mon oreille.

- Ils m'ont assez vu et je meurs de faim.

J'avoue moi aussi. Il me traine par l'oreille jusqu'à la sortie.

- Ne me parle plus comme ça en public.

Juste en public?


 
...


On se retrouve dans un resto immense et des prix exorbitants. Mais sa Seigneurie Bill est comme chez elle, tout le monde s'aplatit devant lui et affiche des sourires de faux-cul. Ça me désespère. Mais il connait son rôle par cœur et les remercie par leurs prénoms et leur donne d'impressionnants pourboires ...

On nous installe dans un salon privé haut de plafond. Le lustre est en cristal et un orchestre est réservé uniquement pour nous. Son esprit se déconnecte encore et j'en profite pour le scruter. Ses traits sont tellement fins, sa bouche si tentante mais ce qui m'attire le plus sont ses prunelles si changeantes et si profondes, comme si elles recelaient un univers entier et inconnu qu'aucun être humain ne soupçonnait. Il ne peut pas vraiment être si méchant? Pas avec ces yeux là. Non.. il semble juste perdu, un peu comme moi. Je sais pas ce qui me prend mais j'attrape sa main et ses yeux se fondent dans les miens. Et ça me coupe le souffle quelques secondes.

- J'ai vu ta guitare.

Cette voix là non plus je ne l'avais jamais entendue. Une voix que je pourrais passer en boucle toute ma vie.

- J'en joue depuis l'âge de 5 ans.

Il hoche la tête et puis.. plus rien. Je ne le comprends pas. Il devrait m'en vouloir pour mon comportement mais il ne repousse pas ma main? Je le trouve tellement étrange, tellement fascinant...

- Tu as aimé l'exposition?
- Non.


Je le sens se raidir un peu et ses yeux changent et deviennent trop tristes. Et ça me touche affreusement.

- Je l'ai carrément adoré. J'aurais aimé parler à l'artiste, tu le connais?

Il rigole et commande le meilleur vin de la cave. Et m'ordonne de choisir tout ce qui me fait envie. Me rappelle qu'il a trop d'argent pour lui tout seul.

- Alors profites- en.
- J'aurais aimé une de ces toiles, celle où cette jeune fille brune est au bord de sa piscine avec un sourire immense.
- C'est aussi ma préférée
m'apprend-t-il d'une voix mélancolique.


 
...


On est de retour, je peux enfin me débarrasser de ces fringues horribles. Je me rue dans ma chambre, dans ma salle de bain. Je ferme les yeux. Je ne sais même pas si j'ai aimé ou détesté cette soirée...
Cette galerie, ce restau... j'avais jamais mis les pieds dans des endroits aussi luxueux. Et hélas pour moi, je m'y habitue bien trop vite. Je ferme les yeux et revois ces peintures presque vivantes. Et ses yeux....


 
...


Une serviette autour de mes hanches et au dodo... enfin.... je pensais.... dormir mais.... il est là nu sur mes draps et mon cœur se renverse. Je recule d'un pas et mon premier réflexe est de courir m'enfermer dans la salle de bain. Je m'adosse contre la porte.

- Non! Non! Non et non!

Ça frappe.

- Fais pas le bébé et sors de là, je vais pas te bouffer Tom quoi que...

J'entends encore son rire, mais je ne lui ouvrirais pas. J'entends des pas et une porte claquer très fort. Style il est parti... je suis plus malin que ça quand même...
Je tends l'oreille.. c'est vraiment très silencieux. Je tente .. non.. Tom! Te fais pas avoir si stupidement.
1 bonne heure plus tard, je finis par me décider. J'avoue: je m'ennuie et puis je suis vraiment crevé là. Bah nan! Il est pas là. Cool!
Je me rue sur mon lit et stoppe tout net.
La toile.

Putain!

Il m'a....

Okay. Tout ce que je veux, il va vraiment me donner tout ce que je veux? Je soupire et ferme les yeux. Et perds l'équilibre.

- Haaaa! Bill!

Ouais. Il est me surplombe en souriant. Quelques mèches barrent son visage et je peux pas m'empêcher d'être fasciné par cet androgyne étrange. Je le laisse m'embrasser et repense à ses paroles. Je commence à lui répondre et .. Quoi? Je me recule! Je peux pas embrasser un mec! Je suis pas comme ça, je...

- Je vois, c'est pas de moi que t'as peur mais juste le fait d'être une petite pédale qui t'effraies autant hein?

J'avoue il touche juste à chaque fois et je lui en veux pour ça. Même mon ex me comprenait pas aussi bien. Je sais que ce mec est dangereux pour ma santé mentale.
Il bouge son bassin contre le mien et une décharge me traverse. Est ce qu'il va vraiment... ses yeux se sont enflammés et ses ongles s'enfoncent dans ma peau. J'ai dans l'idée de l'éjecter et de me sortir vite fait de là.

- N'y pense même pas chou, j'ai ta guitare en otage je te préviens.

Mes yeux partent directement vers la fenêtre là où je l'avais posée et .. c'est un des rares trucs auquel je tiens vraiment, le dernier cadeau que j'ai eu avant qu'ils ne s'envolent sur cet autre continent. Et moi j'ai pas voulu les suivre. Je m'en mordrais longtemps les doigts.
Il bouge une nouvelle fois et je ferme les yeux très fort, il essuie une larme qui roule sur ma joue.

- Vas-y viole moi , si tu pouvais juste faire vite!

Puisque c'est ce qu'il souhaite autant en finir. Peut être qu'après j'aurais le courage de partir.

- Crois moi chou, je vais faire durer. Je vais te déguster.

Des frissons me parcourent et je suis pas certain que ce soit l'excitation. Je sais que je vais souffrir et qu'il s'en fout. Je sais que je le mérite surement mais je trouve ça tellement injuste. Je dévie la tête et me perd sur cette toile. J'implore cette fille silencieusement de m'aider.
Et là..
Le corps de Bill se décale sur le coté. Je soupire de soulagement.

- Mets toi à quatre pattes et cambre toi bien, ça passera mieux comme ça.


 
...


Je suis incapable de bouger, tétanisé par sa voix et sa méchanceté. Oui cette voix que je déteste tellement. Insensible! Froide! Je me recroqueville sur moi-même et ferme les yeux. Peut-être qu''il finira par partir.

- Comme tu veux. Je t'aurais prévenu.

Je le sens se coller à nouveau à moi, ses lèvres dans mon cou et ses doigts qui descendent. Puis s'arrêter. Je sens comme une drôle d'odeur et puis on appuie sur mon anneau.
Je me crispe et l'entends soupirer.

- Fais un effort Tom sinon je te prépare même pas.
- Je peux pas.
avoué-je tout tremblant.

J'essaie de me recroqueviller plus fort.

- Je peux pas Bill, tu me fais trop peur.

Il se lève et claque la porte. Une sale habitude chez lui mais moi je tremble toujours. Trop fort et étouffe mes sanglots dans ce pauvre oreiller.


 
...


Ce matin là, aucun plateau pour me nourrir. Et pas de guitare non plus. Okay. Ne panique pas Tom. Calme-toi. D'abord un brin de toilette. J'essaie de me raisonner et m'habille. Dans le salon Bill est attablé devant une tonne de bouffe et mon estomac se tord. J'ai faim et je sais pas ce qu'il va me demander pour ça.
J'avance penaud.

- Bonjour!

Je tente une bise sur la joue. Il me laisse faire.

- Bonjour Tom... mais va falloir m'embrasser mieux que ça si tu veux manger.

Je soupire mais bon... je crois que j'ai pas le choix et que je devrais m'y habituer. J'approche mes lèvres des siennes et décide de lui rouler une pelle magistrale pour être sur d'avoir l'estomac plein toute la journée.
Je recule, il est tout essoufflé mais semble content.

- Wouahouh! Juste.. refais ça quand tu veux hein! Vas-y installe toi. Faut qu'on parle de toute façon.

Je déteste cette phrase souvent annonciatrice de problèmes et surtout de reproches. Je m'installe quand même à l'autre bout et me sert un bon bol de café pour tenir le choc et attrape un croissant. J'essaie au maximum de ne pas stresser malgré son regard.. je sais qu'il me mate.

- Va falloir vraiment te décoincer tu sais, okay t'as un corps magnifique qui me fait horriblement envie mais je suis pas un violeur non plus. Alors soit tu y mets du tien, soit TU TE BA RRES!

Il a bien détaché les mots et moi je reste comme un con sans bouger. Y mettre du mien?

- Je suis hétéro Bill! Comment tu veux que je fasse pour oublier que t'es un mec hein!

Plus faim du tout là. Je suis tellement remonté contre lui et son rire éclate mes oreilles. Qu'est ce qui tourne pas rond chez lui ?

- Tu devrais éviter de t'énerver chou parce que ça m'excite encore plus. Plus tu résisteras et plus je te voudrais.

J'en ai marre, tellement marre et au moment où je pense envoyer mon jus d'orange sur sa gueule d'ange, il me lance un truc que j'attrape au vol.

- T'en inspireras une bonne dose avant que je te prennes ce soir, ça te détendra.

Ce soir? Pas ce soir.. c'est pas possible!

- En attendant fais ce que tu veux!

Il passe à coté de moi et me caresse avec un petite carte qui ressemble à une carte bleue mais... je fronce les sourcils.

- Je te la laisse. 2854, c'est le code. Fais toi plaisir.

Et il disparait. Une fois de plus. A chaque fois c'est pareil, plus je le vois, plus je suis perdu. American Express Centurion.. Surement une carte de riche.
Je note vite fait le code sur un bout de papier et décide de sortir. Me faire plaisir. Je me fais beau et me rapproche de ce tableau qu'il m'a offert. Il me touche. Je le contemple plusieurs minutes. Le type qui a peint ça à un talent fou, j'aimerais tellement le rencontrer.

- T'as l'air tellement heureuse.


 
...


Je commence par le distributeur et tape autre montant. Je fronce les sourcils combien il a mis la dessus ? Je tente un 2000 et les billets sortent comme par magie. Je me mords la lèvre et retente une plus grosse somme.
Putain! J'hallucine.
Je commande des billets d'avion par téléphone et sourit comme un con. Je vais enfin pouvoir rentrer chez moi.
Je me casse d'ici.
Loin de toi. Bill.


 
...


Je retourne vite fait à l'appart emballer mes affaires. Je cours dans ma chambre trop heureux de sortir de ce trou.... et pris dans l'excitation je me trompe de couloir. C'est vraiment trop grand ici... j'ai jamais pensé à visiter mais la curiosité prend le dessus.
J'ouvre les portes une à une. Y'a beaucoup de pièces vides. Puis...

Cette pièce. Plein de couleurs et de vie. J'avance doucement complètement ébahi. Ces toiles, c'était lui. Bill... je traverse cet endroit comme on traverserait une église.
Il y en a des centaines et l'odeur.. Cette odeur que je prenais pour la sienne. J'avance au milieu de ces vieillards aux yeux adolescents et ces enfants vieillis par le malheur. Des anges, des forêts, des...
C'est sublime.
Chaque toile raconte une histoire, chacune de ces toiles me bouleverse. J'ai été injuste, cet argent il le doit à son talent.
Mes poumons manquent d'air quand je me vois là...le visage tellement triste, m'agrippant aux draps de soie. J'ai l'air tellement apeuré.
Et lui est au dessus de moi souriant, je veux dire me souriant vraiment?
Je comprends plus rien. Sauf que ce tableau est magnifique. Je tombe à genoux et le contemple longuement. Bill est tellement différent, plus serein et doux. Ce Bill là je pourrais l'aimer je crois.

- Qu'est ce que tu fous là?

Je me retourne rapidement et il est furax. Vraiment furax. Son ton est acerbe. Plus que d'habitude.

- Dégage de cette pièce! Et puis t'as pas un avion à prendre?

Je me fige complètement. Comment il.. sa carte! J'aurais du les acheter sur place avec le liquide. Je passe du Bill que je côtoie au Bill complètement différent du tableau.
Il se jette sur moi et me donne un coup de poing dans le ventre. Je m'écroule par terre. Il me fouille et prend tout l'argent et sa carte.

- Va prendre ton avion pourri!


 
...


Dingue. Ouais. C'est ça. Je dois être complètement péter du ciboulot parce que non. Je ne suis pas dans l'avion mais toujours chez Bill. Je soupire. Il m'a rendu ma guitare sans prononcer un mot. Mais j'ai pas envie. J'ai posé le tableau sur une chaise juste en face de mon lit.
Son préféré ??
A bien y regarder, cette fille lui ressemble énormément. Ca n'a aucun sens tout ça. Bill t'es une vraie peste mais maintenant j'ai envie de te connaitre vraiment. Je veille tard mais apparemment il n'est pas d'humeur ce soir. Tant mieux.


 
...


Le lendemain matin, il est là attablé devant son café. Il ne bouge pas malgré ma présence. Je m'approche et pose doucement mes lèvres sur les siennes et approfondit le baiser, je sais pas pourquoi mais cette fois j'en ai vraiment envie. Et le prolonge, je joue avec ses lèvres et son piercing, l'entends gémir, le sens sourire....
Je souris aussi. Sa main passe derrière ma nuque pour en avoir plus...
Je me recule essoufflé.

- Je ne pensais pas te revoir.m'avoue-t-il tout bas.

J'hausse les épaules et décide de l'observer. Peut-être qu'il n'est pas si méchant. Peut-être que je peux le changer. Cette toile de moi me hante.. il m'a peint moi et...

- Il est magnifique.

Je pince ma lèvre, peut-être que j'aurais du me taire mais il continue de manger en silence. Okay. Comment je m'y prends...

- Tu peins depuis longtemps?
- Depuis que je suis né Tom. Je ne sais faire que ça. Et tu m'inspires. Me demande pas pourquoi, j'en sais rien. Quoiqu'il en soit puisque tu est toujours ici et que te faire prendre te fais trop peur, je vais faire une exception. C'est toi qui fera l'homme.


Là c'est moi qui éclate de rire. C'est plus fort que moi. C'est qu'un obsédé, c'est pas possible.

- Je marche pas comme ça. Désolé. Pourquoi tu m'as filé ta carte, tu savais que je risquais de partir...
- Non. J'y ai pas pensé.


Okay. Ses yeux remontent dans les miens et semblent vouloir me faire passer un message mais je suis pas un décodeur. Il secoue la tête comme si je le désespérais. Et s'en va.
Encore.
Me laissant mille questions dans la tête. Je me lève et quelque chose tombe sur le sol.
Sa carte.


 
...


Je suis avec un immense bouquet de roses devant sa porte et respire un grand coup. Bill je l'aime bien hein mais... c'est un mec et c'est vraiment dommage. Parce qu'il est beau. Parce que c'est un artiste et que... quelque chose en lui me retourne les tripes.
Je sonne et affiche mon plus grand sourire.

- Lena, je suis venu m'excuser. Tiens, c'est pour toi.

Elle me sourit et me tire contre elle.

- T'étais où? Tu m'as manqué.

Je le savais. Fallait juste qu'elle se calme. Elle m'aime trop pour se passer de moi.. je vais enfin retrouver une vie normale.

- Chez un pote, enfin plutôt une vague connaissance mais bon...un peintre assez dingue.

Elle défait mon baggy et enroule ses jambes autour de mon bassin.

- Ouais... dingue? Dingue comment?
- Bah en fait il craque carrément sur moi alors bon...

Elle rigole et me pousse sur le sofa. Elle relève sa robe et en une minute je suis en elle. Je gémis.. ça fait vraiment du bien. Elle est complètement déchainée et moi aussi.
Elle bouge tellement vite et elle est tellement serrée. Tout mon corps se cambre et j'éjacule en elle. J'en avais vraiment besoin. Elle s'écroule sur moi à bout de souffle.
C'est vraiment bon de rentrer chez soi.

- Merci pour les roses Tom et pour la baise. Tu peux partir maintenant.

Quoi? Je rêve là.. elle..

- Mais moi je..
- Tu quoi ? Sois pas si étonné! Tu croyais pouvoir te pointer ici avec ta belle gueule et que je tomberais dans tes bras? Encore ? Tu pensais vraiment que j'allais te reprendre? Va t'en!


DE-GOU-TE. Cette fille est une salope! Je la hais! Elle croit vraiment que j'allais ramper devant elle ! Nan mais et puis quoi encore!
50 roses pour... rien!


 
...


Je remonte dans mon Audi bien énervé. Cette fois au moins j'ai un endroit où aller. Je décide de faire un tour en ville. Je me ballade dans le centre et franchis la porte de ce magasin de musique où travaille mon meilleur ami. Gugus. Qui se jette sur moi et me serre dans ses bras.

- Mec! T'étais où! Lena nous a dit qu'elle t'avait mis dehors et... ça va?
- Bof... j'ai été recueilli par un artiste qui pense pouvoir acheter mon cul avec ça!


Je sors la carte, et Gus manque de s'étaler par terre. Je lui raconte un peu près tout et il hallucine.

- Ca mec, c'est une carte qui coute bien 20 000€ à l'année.
- J'avais pas remarqué.
Ironisé-je.
- Je veux dire les Centurion c'est un club hypra select. Ton peintre il doit être millionnaire. Je serais toi j'achèterais toutes les guitares qui me font envie, enfin si tu lui as pas piquée.

Il la tourne dans tout les sens et je lui arrache au moment où il veut mordre dedans.

-J'en veux juste une Gus.
- Je te l'apporte.


Oui ce petit bijou me fait baver depuis des mois et même mon ex voulait pas me l'offrir. Je tape dans mes mains comme un gamin tellement je suis heureux. 12 000€. C'est un objet rare et super limité... Il me la donne et j'utilise sa carte pour payer. J'attends anxieusement des fois qu'il aurait fait opposition...
Mais le paiement passe.

- Ca c'est trop trop trop cool.
- Ouais.. wouha...


Je joue quelques morceaux à Gus et lui se met à la batterie... mais un client arrive. Dommage. Je le quitte et la range bien dans ma petite Audi et fonce dans ma boutique de fringues fétiche. Puis je me paie un Iphone et ai une idée de génie.
Je ramène tout ça. Et le range bien précautionneusement. J'aimerais acheter des trucs plus gros style un réfrigérateur pour ma chambre avec quelques provisions ou quelque chose comme ça.
Je remonte à l'étage.

- Bill!

Je l'appelle plusieurs fois et ai un déclic. Je me presse vers son atelier et frappe à la porte.

- Bill, tu es là?
- Monsieur?


Wouah.. il sort d'où lui.. je cligne plusieurs fois des yeux et identifie un homme qui a bien 40 ans habillé très élégamment.

- Il ne vous répondra pas, il ne le fait jamais quand il crée. Je peux peut-être vous aider?
- Qui êtes vous au juste?


Il me propose de rejoindre le salon pour ne pas que nos voix le dérangent plus. J'abdique...

- Je suis en quelque sorte le gérant de Monsieur Kaulitz. Je m'assure de ses repas, de son matériel, lui rappelle ses rendez vous, ce genre de choses.
- Pourquoi je ne vous ai jamais vu?


- Je suis quelqu'un de discret, Monsieur Kaulitz ne supporte guère la présence de ses semblables.

C'est ça. Il avait bien sa petite cour à l'expo qui lui léchait bien les bottes.

- Pourtant il connait des tas de gens.
- Mais aucune de ces personnes ne le connaissent lui. Je ne vous dirais rien de plus. Vous aviez besoin de quelque chose?
- Ouais, un camion si vous avez.


Il hoche la tête et sort un immense trousseau. Il tire une clé et me la tends.

-Un utilitaire Renault rouge de 12m3, cela vous convient-il Monsieur?
- Pitié, appelez moi Tom!


Je range ça dans ma poche et m'apprête à y aller mais me ravise... cet homme semble s'apparenter le plus à de la famille pour Bill...il doit bien avoir...

- Et sa famille? Il a bien quelqu'un, non?
- Navré. Si vous avez besoin de moi, décrochez simplement ce téléphone mais n'importunez pas ..
- Oui, oui j'ai compris. Merci.


Je me stoppe devant le magasin d'électroménager et me trouve assez ridicule mais en même temps, mon estomac c'est sacré hein! Je peux pas savoir ce qu'il manigance, ce qu'il veut vraiment de moi et puis s'il avait vraiment voulu me faire du mal et me briser, il l'aurait surement déjà fait.

Je prends un modèle tout simple et le ramène. L'avantage dans ce genre d'immeuble grand luxe c'est que tu peux appeler du personnel pour te donner un coup de pouce et quand je prononce le nom Kaulitz et bah en moins de 15 minutes mon frigo est installé.
Pourquoi ils ne s'en vont pas? Je fronce les sourcils et une image de Bill distribuant des pourboires à tout va frappe mon esprit. Je sors les billets et les distribue à ces chacals.

Je range la bouffe dans mon nouveau frigo un peu plus rassuré d'avoir mes petites réserves. Planque quelques billets dans différents endroits ...


 
....


Il entre comme une tornade et se jette sur mon lit, toujours avec un sourire immense collé au visage, je sais pas comment il peut faire ça. Il me grimpe dessus et fronce un peu les sourcils. Approche ses lèvres de mon cou et là je le laisse juste faire. Il sent la peinture et la vanille.

- Ton ex hein?

Je sursaute mais il me replaque contre le matelas avec force et attache mes poignets avec des menottes trop rapidement pour que je puisse réagir.

- T'as pas encore compris.. alors elle tu peux la baiser mais pas moi! Et me ressort pas la rengaine de l'hétéro parce que j'y crois plus à ça.

Il bondit du lit et commence à tourner en rond et j'avoue ça me rend nerveux. Il se stoppe net en remarquant le frigo et hallucine. Enfin vu qu'il bloque dessus, je suppose qu'il hallucine.

- Carrément... t'es le premier à être aussi pragmatique, c'est bien vu sauf que t'aurais pu bouffer où tu veux avec la carte bleue mais passons. Tu lui as même payé des roses! Toi! Je le crois pas ça...
- Bill...
- Tais toi Tom! Là j'ai vraiment pas envie de t'entendre.


Il me tombe dessus et me déshabille à une vitesse fulgurante. Il écarte mes cuisses et ...

- AAAh! Ca fait mal!
-Chut je t'ai dit!


Il ressort son doigt et part chercher quelque chose... j'aurais pas du aller la voir... est ce qu'il serait jaloux? Je vais me faire dépuceler le cul parce que sa Seigneurie est jalouse ??? Je rigole doucement. Mais pas de chance il revient à ce moment là, un tube dans les mains et je remarque un peu de bleu dans les cheveux, de la peinture surement, et j'éclate de rires.
Et j'arrive plus à m'arrêter.

- T'es jaloux! Je le crois pas ça! Je pensais que t'en avais rien à foutre de moi et tu me pètes une grosse crise de jalousie là!

Et oui je ris plus fort parce que ça me rend heureux. Le Bill sur cette toile je suis sûr qu'il est quelque part en lui et puis...
Il grogne et remet du lubrifiant sur son doigt et me le réenfonce. Je grimace, j'aime pas du tout qu'on fourre un truc ici.
Je ferme les yeux pour tenter de me détendre.

- Je sais que tu ne me violeras pas.
- Tu ne me connais pas. me souffle-t-il doucement.
- Tu as besoin de moi.

On parle si bas, à peine des murmures mais ses allées et venues en moi se font plus douces. Puis un truc plus gros et je déteste ça. Vraiment ça.

- Ne fais pas ça.
- J'en ai tellement envie Tom, depuis que je t'ai vu...


Je sens des mouvements à l'intérieur et c'est super bizarre. Il prend vraiment son temps, frotte sa joue contre ma poitrine.. Je sais que j'y passerais un jour de toute façon. Une sorte de décharge super agréable me fait gémir et écarter plus les cuisses.

- Je ne pourrais pas t'aimer si tu...

Je sens son poing frapper sans force mon torse et ses doigts quitter mes entrailles. Je suis soulagé, j'avoue.

- M'aimer hein? Je ne veux pas de ça. J'en ai pas besoin. Je n'ai besoin de personne.

Il écarte plus mes jambes et ses doigts retournent s'enfoncer plus loin et retape sur ce point sensible. Mon corps me trahit et en redemande.

- Tout ce que je sais, c'est que tu bandes et pas qu'à moitié!

Ses doigts continuent encore et encore et moi j'hurle de plus en plus fort, j'essaie de me débattre mais quand sa main s'enroule autour de mon sexe, j'arrête de geindre et le supplie de continuer.
Et je me dégoute.
Je le sens se frotter contre moi.
Me sens si proche.

- Je t'en prie.. continue...

Je suis proche tellement proche...

- AAHHHHHHHHHHH....

Et éjacule entre nous. Mon corps retombe sur le matelas. Je suis essoufflé et me remet à peine de toutes ces émotions trop fortes. Et c'est là que je le sens. Il me mate à nouveau et je rougis.
Il écarte mes cuisses à nouveau et s'installe confortablement entre... Mon ventre se tord et je lutte juste pour ne pas fondre en larmes.
Je le sens frotter son sexe contre mon anus encore et encore... sans jamais rentrer à l'intérieur... Il jouit contre moi, m'embrasse et me détache avant de disparaitre.
Pourquoi il n'en a pas profité ?


 
....


Lendemain matin.

Une petite démangeaison dans ma zone la plus intime m'énerve. Parce que je peux pas oublier. Je grogne et me cache dans les draps. Pas envie de me lever ce matin.


 
...


Mum.. c'est doux... cette main qui me...

- Debout princesse, on sort.

J'ouvre bien les yeux et suis étonné. Il porte juste une blouse et est tout barbouillé. Ma raison tente vainement de me retenir mais je peux pas lutter contre cette attirance.
Même si je lui en veux pour hier.

- Dans combien de temps?

Non, j'ai plus envie de lutter. Il renifle un peu et semble perdu. Quand on toque.

- Monsieur, votre rendez vous est dans deux heures.
- Merci Edward.


 
...


Un déjeuner m'attend dans le salon et je le dévore. Bill ne lâche pas son bloc et semble complètement absorbé. Il s'est même pas changé. Comment on peut-être déconnecté à ce point là?

- Tu ne manges rien?
- Plus tard. Va t'habiller. Et si tu pouvais me dire bonjour en passant...


J'hallucine là... je crois que je... l'ai vu rougir.. oh c'était pas grand chose. Mais ça me fait sourire. Je m'avance et colle mon torse contre son dos, j'enroule mes bras autour de lui et le berce doucement.

- Qu'est ce qui t'as pris hier soir?

Bien entendu. Je n'ai jamais eu de réponse. J'ai juste senti ses mains attraper les miennes.... ce Bill là aime les câlins.
Arrivé dans ma chambre la première chose qui m'inquiète sont les fringues qui m'attendent....
Je déballe le plastique et décompresse. C'est juste un jean plus serré et un pull noir en V moulant mais chaud.


 
...


- Oui c'est très joli mais nous avions espéré plus de... comment dire...

Moi tout ce que je vois c'est une femme enceinte irradiant de bonheur et c'est dur à expliquer mais il suffit de poser les yeux sur elle pour ressentir un peu de ce bonheur et ça, ça n'a aucun prix... ces mecs là qui .. je veux même pas savoir pourquoi Bill les écoute.

- Joli? C'est tout ce que avez à dire!
- Vous êtes?
- Tom Trumper, un ami de Bill et il est juste génial. Ces tableaux sont incroyables et ce dessin me fait envier cette femme, j'aurais aimé ressentir ça et je le ressens même un peu rien qu'en posant les yeux sur elle .. Qu'est ce que vous voulez de plus?


Bill pose sa main sur la mienne et je me calme instantanément. Je ne sais pas qui sont ces gens. Est ce qu'il va m'en vouloir encore ?

- Tu as raison, ils ne comprennent pas. Partons.
- Et pour notre affaire?
- Trouvez quelqu'un d'autre pour votre publicité, je ne suis plus intéressé.


 
...


Il m'emmène à travers les rues de Berlin et me fait découvrir des tas d'endroits que je ne soupçonnais même pas, on s'achète des crêpes et de la barba à papa. On rigole pour un rien et le vent se lève. Il s'agrippe à moi et frissonne.

- J'aurais du te laisser mettre un de tes affreux sweats.
- J'en ai un dans mon sac avoué-je un peu mal à l'aise.
- Enfile le nous.

Et nous voilà dans un de mes sweats collés l'un à l'autre titubant en riant dans Berlin. Peut-être que je ne suis pas si hétéro que ça... peut-être que lui et moi...


 
...


Il est sur moi et ses lèvres me dévorent le corps et le cœur.... on a vidé une bouteille de champ et ma tête commence à tourner. Je soulève mes hanches quand quelque chose de chaud et humide englobe mon sexe.
Non cette fois j'ai pas envie de me débattre. Pas envie de le repousser.

- Han Bill....

Il caresse mes testicules, roule son piercing sur ma fente, je lutte pour ne pas fermer les yeux et j'ai du mal à lâcher les siens si... ce ne sont pas les mêmes yeux, non. Juste ceux que je rêvais de connaître un jour. Je souris les étoiles plein la tête et me cambre plus fort.
Je veux pas jouir comme ça, pas tout de suite.

- Laisse moi venir en toi Bill.

Il cesse de me sucer et me surpplombe à nouveau en fronçant les sourcils. Il pince mon téton droit légèrement et ça m'excite encore plus qu'il joue avec moi comme ça.

- Ce n'est pas comme ça que je te veux.

Je mords ma lèvre parce que je sais bien qu'il n'attend que ça mais moi ça me fait peur. Rien que ses doigts étaient trop gros alors son pénis....

- Aie confiance en moi Tom. Juste une fois.

Est ce qu'il attend de moi une sorte de permission? Est ce que.... Et moi j'ai tellement envie que cette magie continue, tellement envie qu'il m'aime un peu, tellement envie que j'hoche juste la tête.

Il s'insinue en moi doucement et se stoppe à chaque fois que je me crispe ou grimace. Je serre si fort ses hanches que demain il aura surement des bleus.
J'arrive pas à croire qu'un mec est en moi.
Il continue et fais attention au moindre détail et je finis par m'habituer à cette intrusion. Et ça me fait me sentir si bizarre qu'il me prenne ça. Je crois que je n'aurais pu laisser personne d'autre me le prendre.

- Chut pleure pas chou....

Il commence à bouger en moi et j'essaie de me détendre au maximum, lui, détache mes dreads et attrape mes lèvres un peu brusquement. Enfonce sa langue en moi pour étouffer un petit cri quand il accélère
Mais ça me fait pas aussi mal que je l'avais imaginé.

- HAAA!

Mon corps s'est soulevé contre le sien, il a touché de plein fouet mon point G et recommence en me bouffant des yeux, en me bouffant des lèvres et moi je suis au bord de l'explosion et je me tortille, tente de me frotter contre lui. Il mord doucement mon épaule et enroule sa main autour mon sexe trop dur.

- Ouiii...

Il y va plus fort, comment fait-il pour être si silencieux? J'ouvre les yeux et ce que je vois finis de m'achever.

- TOOOOMMM !!!


 
...


Il est enroulé à moi, avec toujours cette odeur de peinture qui lui colle à la peau et celle de cette nuit aussi. Il a été tellement... Je me blottis plus contre lui les larmes aux yeux. Parce qu'il m'a fait trop boire.
J'ai pas envie qu'il se réveille. Pas envie de réaliser que tout ça était juste un beau stratagème pour m'avoir... ouais parce que ça aussi je le faisais souvent. Jouer les gentils pour mieux les appâter. Leur payer des verres pour...
Et je pleure plus fort parce que s'il ne veut plus de moi, je sais que ça fera vraiment mal.

- Pleure pas chou...tu fais trop bien l'amour pour que je te jette.

Mais ces mots ne me calment pas. Ce ne sont pas ceux que je veux entendre. Je balance le drap et m'enferme dans la salle de bain. Je cours sous la douche et met le jet à fond.
Je réalise à quel point j'ai besoin d'amour. De son amour et... ça fait trop mal. De savoir que lui, lui... n'a pas besoin de ça.


 
...

Je me suis calmé. Il n'était plus là quand je suis sorti. Je soupire et me déteste de m'être fait avoir si basiquement. Déteste mon corps de pas être foutu de marcher normalement. Je prie pour qu'aujourd'hui soit une journée off.
Je suppose que je n'ai plus à m'inquiéter pour la bouffe..

Je débarque dans le salon et oui il est là attablé comme d'habitude devant son café. Encore perdu dans son bloc.. je soupire et m'installe en grimaçant. J'hésite à me servir. Il ne semble même pas s'apercevoir de ma présence et mon ventre se met à gargouiller et je rougis.

Il sourit doucement.

- Tu peux manger Tom. Je t'aurais jamais privé de nourriture idiot!

J'entends son crayon glisser sur le papier et moi trop curieux je me lève sans un bruit et me place juste derrière lui. Il tourne une page de ce qui représentait un paysage urbain. Sur cette page blanche, en quelques traits apparait mon visage. Mes yeux sont fermés et mes joues sont trempées.
Et il dessine une main, sa main qui se pose doucement dessus, puis une autre qui remonte un drap. Et son regard est tellement plein de douceur que je suis incapable de décrocher de cette feuille. Parce que...mon cœur est juste en train de me lâcher.
Il rajoute quelque chose, une larme sur sa joue.....
Mon cœur s'arrête tout net.
Parce que c'était nous hier. Et que ça je l'ai pas vu.

Si j'avais su...
Il détache la feuille et me la tends en tremblant. Moi je suis pas dans un meilleur état. Mais .... je sais ce que ça représente. Parce qu'on s'est toujours compris.

- Moi aussi je t'aime Bill.


 
...

 
 
FIN
 



Et voilà un petit OS écrit par notre chère Lovelybibi
Magnifiquement bien écrit, n'oubliez pas de lui laisser vos avis :)


 




Idée : Après une dispute avec sa copine de baise qui l'entretenait, Tom se retrouve à la rue, il fait le tour de ses anciennes conquêtes pour trouver un toit, sauf qu'il se fait rembarrer et qu'il s'en prend plein la gueule. Il finit dans un bar ou en boite où Bill le trouve charmant et décide de l'accueillir chez lui tel un esclave ou un animal de compagnie, petit à petit "l'esclave" commence tout de même à s'attacher à son propriétaire et essaie de faire en sorte que ça devienne réciproque en multipliant les marques d'affection, se soumettant de plus en plus....



 

Commentaires (6)

  1. Apple-Juice

Une des dernières inscrites mais la première à laisser un commentaire!
J'ai adoré. Un Tom tout soumis ^^
Bon par contre ça fait un peu fin bâclé, on couche ensembles alors je t'aime:/
Tu sais pourquoi j'aime pas les OS? Parce que je veux une...

Une des dernières inscrites mais la première à laisser un commentaire!
J'ai adoré. Un Tom tout soumis ^^
Bon par contre ça fait un peu fin bâclé, on couche ensembles alors je t'aime:/
Tu sais pourquoi j'aime pas les OS? Parce que je veux une suite ahah.
non mais sinon j'ai bcp aimé cette histoire. Ça m'a légèrement fait penser à 50 nuances de Grey ^^

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. LOVELYBIBI Admin    Apple-Juice

tu es la première parce que l'os était sur un site d'os en fait et bon mais ca fait plaisir XD
oui lol pauvre Tom, j'y été fort quand même.
han nan c'est pas parce qu'ils couchent ensemble qu'ils s'aiment mais parce qu'ls se comprennent sniff
mais...

tu es la première parce que l'os était sur un site d'os en fait et bon mais ca fait plaisir XD
oui lol pauvre Tom, j'y été fort quand même.
han nan c'est pas parce qu'ils couchent ensemble qu'ils s'aiment mais parce qu'ls se comprennent sniff
mais tu n'es pas la première à me dire que la fin est trop courte.
ah ah
faut plus lire d'Os alors XD

50 nuance sde grey j'ai lu les 3 volumes et ca fait beaucoup de bruit alors que c'est franchemet soft mais bon...

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. Pauline

C'est tellement beau. J'en ai les larmes aux yeux. J'ai aimé ce bill, riche mais seul qui cherche uniquement quelqu'un qui puissent le comprendre. Et Tom, qui voit en lui si naturellement qui arrive à déceler ses émotions, c'est tout...

C'est tellement beau. J'en ai les larmes aux yeux. J'ai aimé ce bill, riche mais seul qui cherche uniquement quelqu'un qui puissent le comprendre. Et Tom, qui voit en lui si naturellement qui arrive à déceler ses émotions, c'est tout simplement beau. D'habitude je ne lis pas d'os car je les trouve souvent court. Mais ici, c'était parfait. Tu as su faire passer tant d'émotion. Merci pour cet écris

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. LOVELYBIBI Admin    Pauline

roghh mais non ca finit bien en plus alors il ne faut pas pleurer XD
Bill est un artiste sans concession et il ne perd de temps à expliquer ce qui pour lui est une évidence e Toma saisi tout ce que Bill était et ce qu'il faisait passer dans ses...

roghh mais non ca finit bien en plus alors il ne faut pas pleurer XD
Bill est un artiste sans concession et il ne perd de temps à expliquer ce qui pour lui est une évidence e Toma saisi tout ce que Bill était et ce qu'il faisait passer dans ses peintures, c'est son langage à lui qui ne communique que très peu autrement.
et bien je suis heureuse que cette histoire t'ai touché et de rien.
Au plaisir de te croiser sur d'autres écrits XD

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. Roxanne

Tu ne peux pas savoir à quel point j'ai détesté Tom au début, et du coup même jusqu'à la fin de l'Os j'ai eu un peu de mal à m'accrocher à lui mais ça ne m'a pas empêché d'aimer l'histoire ! Bill est plus complexe qu'il en a l'air et j'ai trouvé...

Tu ne peux pas savoir à quel point j'ai détesté Tom au début, et du coup même jusqu'à la fin de l'Os j'ai eu un peu de mal à m'accrocher à lui mais ça ne m'a pas empêché d'aimer l'histoire ! Bill est plus complexe qu'il en a l'air et j'ai trouvé la fin très belle...

Lire la suite
  Pièces jointes
 
  1. LOVELYBIBI Admin    Roxanne

Je trouve que c'est un des Os que j'ai le plus réussi en fait.
Mais oui Tom est un vrai salaud donc il paye en quelque sorte XD
merci de ton comm

  Pièces jointes
 
There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre emplacement